mercredi 19 août 2009

Nous sommes en Serbie !





Sarengrad - Beocin, le 17 août

Depuis quelques jours, nous nous étions persuadés que nous ne pourrions franchir la frontière Croatie - Serbie, en raison des contrôle renforcés depuis quelques mois, ainsi que l’obligation d’avoir un passeport pour tous les membres de la famille. Titouane n’a pas de passeport, que la carte d’identité. Comme nous avons très bien pédalé depuis le début des vacances, ce serait frustrant de ne pouvoir atteindre l’objectif Belgrade à cause d’un bout de papier!

Nous tentons quand même de passer la frontière à Ilok. Côté croate, le douanier nous avertit: « pour la Croatie, la carte d’identité suffit, mais pour la Serbie… » Nous grimpons les quelques centaines de mètres séparant les 2 postes frontières en imaginant 1000 scenarii. Les filles se réveillent à 100 m de la douane, ce sera difficile que le douanier ne s’aperçoive de leur présence. Céline s’arrête au poste, le douanier sort de sa baraque. Il fait très chaud, il a l’air d’avoir envie de retourner rapidement dans son bureau. Je m’arrête derrière Céline, le douanier tourne les talons sans regarder dans la carriole et part avec nos 2 passeports faire les tampons. Fabrice dit a Titouane qu’elle n’a plus le droit de parler pendant 5 minutes, elle est d’accord mais tellement pipelette que ça va être difficile!

Nous parlons à haute voix pour couvrir celles des filles qui restent très discrètes. Le douanier revient, rend les passeports, ne dit aucun mot et retourne dans sa baraque. Nous passons en Serbie, à nous Belgrade, au revoir les derniers jours imaginés au lac Balaton ou en Autriche…
Ce ui veut dire aussi, on continue de pédaler, et aujourd’hui, ça grimpe! Nous enchaînons les bosses dont certaines affichent 6 à 8%! Dur, dur pour les cuisses qui « brûlent »! Après avoir traversé plusieurs jolis villages sur le Danube, nous nous arrêtons à la première petite ville, Beocin. Fabrice part à la banque pour changer nos couronnes croates dont nous n’aurons plus besoin. Mais aucune banque serbe ne change l’argent croate! La réconciliation n’est pas encore aboutie! Fabrice signale au banquier qu’il fait le change de la monnaie japonaise, mais que la monnaie utilisée à 40 km, il ne la change pas…

A 1,5 km du centre ville de Beocin, la rive du Danube, une plage de sable fin, un resto avec une grande pelouse. Nous demandons au patron du resto si nous pouvons y planter notre tente, il est OK. Dîner dans son resto et dodo dans un site encore superbe!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire