vendredi 17 septembre 2010

Bordeaux, fin de l'aventure...




Mercredi 8 septembre

Bordeaux


Dans l’avion, les filles s’endorment rapidement , la tête sur les genoux de Fabrice, elles se réveilleront presque à l’atterrissage plus de 6 heures après! Fabrice regarde les 2 films projetés, mange lentement les collations servies, mais ne peux dormir une minute dans sa position. Céline ayant cédé sa place à Amielle (moins de 2 ans, elle ne paie pas de billet mais n’a pas de siège) et a trouvé un siège libre juste derrière à côté d’une dame de forte corpulence. Elle arrive quand même à dormir quelques heures.


Atterrissage à midi passé à l’aéroport de Mérignac, oui mais pour nous, il n’est que 6 heures du matin! Nous récupérons nos sacoches, notre carriole, nos vélos et après les avoir remontés, parcourons les kilomètres qui nous séparent de notre appartement. Nous l’avions quitté quelques jours après y avoir emménagé, donc il est rempli de cartons! Mauvaise surprise, nous n’avons plus de courant; après des heures passées au téléphone avec EDF, nous récupérerons l’électricité le lundi suivant, EDF avait fait coupé le courant de notre appart, croyant coupé celui de l’appart inoccupé sur notre palier!

Le soir, nous allons manger au restaurant le « bar-cave de la monnaie », à côté de nous, 4 québécois arrivés dans le même avion que nous pour quelques semaines de vacances! Amielle s’endort sur les genoux de Fabrice, Titouane tient le coup grâce à une bonne portion de frites!
Merci de nous avoir suivi et à bientôt pour de nouvelles aventures ! La fin de semaine s’annonce estivale, nous irons à la plage pour que le retour ne soit pas trop dur!
Mercredi 8 septembre
Bordeaux, fin de l’aventure
Dans l’avion, les filles s’endorment rapidement , la tête sur les genoux de Fabrice, elles se réveilleront presque à l’atterrissage plus de 6 heures après! Fabrice regarde les 2 films projetés, mange lentement les collations servies, mais ne peux dormir une minute dans sa position. Céline ayant cédé sa place à Amielle (moins de 2 ans, elle ne paie pas de billet mais n’a pas de siège) et a trouvé un siège libre juste derrière à côté d’une dame de forte corpulence. Elle arrive quand même à dormir quelques heures.
Atterrissage à midi passé à l’aéroport de Mérignac, oui mais pour nous, il n’est que 6 heures du matin! Nous récupérons nos sacoches, notre carriole, nos vélos et après les avoir remontés, parcourons les kilomètres qui nous séparent de notre appartement. Nous l’avions quitté quelques jours après y avoir emménagé, donc il est rempli de cartons! Mauvaise surprise, nous n’avons plus de courant; après des heures passées au téléphone avec EDF, nous récupérerons l’électricité le lundi suivant, EDF avait fait coupé le courant de notre appart, croyant coupé celui de l’appart inoccupé sur notre palier!
Le soir, nous allons manger au restaurant le « bar-cave de la monnaie », à côté de nous, 4 québécois arrivés dans le même avion que nous pour quelques semaines de vacances! Amielle s’endort sur les genoux de Fabrice, Titouane tient le coup grâce à une bonne portion de frites!
Merci de nous avoir suivi et à bientôt pour de nouvelles aventures ! La fin de semaine s’annonce estivale, nous irons à la plage pour que le retour ne soit pas trop dur!

Dernier jour au Canada

















Mardi 7 septembre
Dernier jour au Canada


Et dernière visite de la ville avec nos guides, Michel et Janine: stade olympique, vieux Montréal, parc, université… nous terminons par un marché le long du canal de Lachine où nous achetons du beurre d’arachides et dégustons de bonnes glaces.
Retour à Longueuil pour ranger nos sacoches une dernière fois, le temps a défilé, pourtant, quand nous regardons derrière nous, toutes ces étapes, ces rencontres, ces visites, ces kilomètres, ces plages… c’était des vacances longues et intensives! Janine a eu la gentillesse de préparer un souper de bonne heure, Michel nous aide à charger les affaires sur la voiture.
Des « au revoir » nostalgiques, des formalités simples à l’aéroport et un embarquement à l’heure, 23h30 l’avion décolle, bye bye le Canada!

Longueuil - Montréal en métro!







Lundi 6 septembre

Longueuil - Montréal


Petit déj’ nous faisons la connaissance de Sonia (sauf Céline qui l’avait rencontrée une vingtaine d’années plus tôt), la fille de Michel et Janine; Johan, Gianfranco et Samuel sont là aussi pour déguster des crêpes (ou pancakes).

Mais nous connaissons du monde à Montréal! Nous sommes invités à déjeuner chez un stagiaire de Céline, puis à rendre visite à la famille française rencontrée sur l’île du Prince Edouard! Coup de chance, ils habitent tous dans le même quartier, celui du Plateau. Nous prenons le métro qui passe sous le Saint Laurent pour relier Longueuil à Montréal. Nous avons dit à Titouane que le métro passait sous l’eau et elle s’attendait à ce qu’il plonge dans l’eau!


Le quartier du plateau est agréable, de petits immeubles de 3 étages, souvent en briques rouges, des boutiques, des boulangeries… Nous arrivons chez Julien et sa compagne. Julien a fait le semi-marathon de Montréal la veille, suivi de 4 heures de plonge dans un resto mais il parait en forme! Nous discutons de nos parcours, du Québec et du Canada tout en mangeant des lasagnes.
Ensuite nous marchons jusqu’à chez Maelle, Vincent, Ulysse et Salomé, c’est sympa de se retrouver à Montréal après s’être rencontrés sur l’Île du Prince Edouard. Nous nous racontons la fin de nos vacances. Retour en métro, en fin d’après-midi, pour Longueuil et nouvelle agréable soirée chez nos amis Janine et Michel.
Lundi 6 septembre
Petit déj’ nous faisons la connaissance de Sonia (sauf Céline qui l’avait rencontrée une vingtaine d’années plus tôt), la fille de Michel et Janine; Johan, Gianfranco et Samuel sont là aussi pour déguster des crêpes (ou pancakes).
Mais nous connaissons du monde à Montréal! Nous sommes invités à déjeuner chez un stagiaire de Céline, puis à rendre visite à la famille française rencontrée sur l’île du Prince Edouard! Coup de chance, ils habitent tous dans le même quartier, celui du Plateau. Nous prenons le métro qui passe sous le Saint Laurent pour relier Longueuil à Montréal. Nous avons dit à Titouane que le métro passait sous l’eau et elle s’attendait à ce qu’il plonge dans l’eau!
Le quartier du plateau est agréable, de petits immeubles de 3 étages, souvent en briques rouges, des boutiques, des boulangeries… Nous arrivons chez Julien et sa compagne. Julien a fait le semi-marathon de Montréal la veille, suivi de 4 heures de plonge dans un resto mais il parait en forme! Nous discutons de nos parcours, du Québec et du Canada tout en mangeant des lasagnes.
Ensuite nous marchons jusqu’à chez Maelle, Vincent, Ulysse et Salomé, c’est sympa de se retrouver à Montréal après s’être rencontrés sur l’Île du Prince Edouard. Nous nous racontons la fin de nos vacances. Retour en métro, en fin d’après-midi, pour Longueuil et nouvelle agréable soirée chez nos amis Janine et Michel.

La boucle est bouclée







Samedi 4 septembre

Rivière du Loup

Les prévisions météo étaient justifiées, il pleut sans discontinuer, nous avons été bien inspirés de faire la croisière aux baleines la veille! Donc il pleut, mais toujours aussi chanceux, nous sommes accueillis dans la maison de Gilbert et Gervaise. Nous nous reposons, regardons un peu le tennis à la TV (US Open), Gilbert est joueur et connaisseur, Gervaise aussi.
Les feuilles des arbres commencent à tomber, ça sent l’automne et pour nous, la fin des vacances. Nous n’avons plus d’étape de vélo prévue. Comme nous avons dépassé les 3000 km, vu les baleines, atteint les îles de la Madeleine, nous n’avons plus d’objectif pour ces derniers jours. Alors nous profitons des bons repas et préparons nos affaires pour le trajet en bus du lendemain

Dimanche 5 septembre

Rivière du Loup - Longueuil… en bus


9h50 départ de la station de bus de Rivière, Gervaise et Gilbert nous ont accompagné et aidé à transporter notre chargement. Ils ont donné des cahiers de coloriage aux filles. Le bus prend l’autoroute, mais nous reconnaissons les paysages que nous avons traversé 2 mois plus tôt. La veille, Céline avait préparé de succulents sandwiches, le voyage passe vite.
A Longueuil nous attend une bonne surprise: Janine et Michel sont venus à notre rencontre à vélo. C’est chez eux que nous dormirons ce soir, mais ils n’étaient pas sûrs d’être disponible à notre heure d’arrivée. Michel nous guide, nous fait visiter le parc de Longueuil où nous apercevons des cerfs. Courte halte aux jeux pour enfants et nous retrouvons leur maison, là où nous avions dormi les premiers jours de notre arrivée au Canada.
Nous faisons la connaissance du gendre de Michel et Janine, Johan, et de leurs petits-enfants: Gianfranco et Samuel. Fabrice entame une partie de soccer avec les deux derniers (ils ont des maillots de l’Espagne) et Titouane. Souper sur la terrasse (courge spaghetti en gratin) et dodo.
Samedi 4 septembre
Rivière du Loup
Les prévisions météo étaient justifiées, il pleut sans discontinuer, nous avons été bien inspirés de faire la croisière aux baleines la veille! Donc il pleut, mais toujours aussi chanceux, nous sommes accueillis dans la maison de Gilbert et Gervaise. Nous nous reposons, regardons un peu le tennis à la TV (US Open), Gilbert est joueur et connaisseur, Gervaise aussi.
Les feuilles des arbres commencent à tomber, ça sent l’automne et pour nous, la fin des vacances. Nous n’avons plus d’étape de vélo prévue. Comme nous avons dépassé les 3000 km, vu les baleines, atteint les îles de la Madeleine, nous n’avons plus d’objectif pour ces derniers jours. Alors nous profitons des bons repas et préparons nos affaires pour le trajet en bus du lendemain

Dimanche 5 septembre
Rivière du Loup - Longueuil… en bus
9h50 départ de la station de bus de Rivière, Gervaise et Gilbert nous ont accompagné et aidé à transporter notre chargement. Ils ont donné des cahiers de coloriage aux filles. Le bus prend l’autoroute, mais nous reconnaissons les paysages que nous avons traversé 2 mois plus tôt. La veille, Céline avait préparé de succulents sandwiches, le voyage passe vite.
A Longueuil nous attend une bonne surprise: Janine et Michel sont venus à notre rencontre à vélo. C’est chez eux que nous dormirons ce soir, mais ils n’étaient pas sûrs d’être disponible à notre heure d’arrivée. Michel nous guide, nous fait visiter le parc de Longueuil où nous apercevons des cerfs. Courte halte aux jeux pour enfants et nous retrouvons leur maison, là où nous avions dormi les premiers jours de notre arrivée au Canada.
Nous faisons la connaissance du gendre de Michel et Janine, Johan, et de leurs petits-enfants: Gianfranco et Samuel. Fabrice entame une partie de soccer avec les deux derniers (ils ont des maillots de l’Espagne) et Titouane. Souper sur la terrasse (courge spaghetti en gratin) et dodo.

Croisière aux baleines











Vendredi 3 septembre


Lac Chamard - Rivière du Loup


Après le fiasco de la croisière aux baleines que nous avions faite à Percé, nous pensions retenter notre chance quelque part. C’est pour aujourd’hui si nous arrivons à temps à Rivière-du-Loup. Il pleut un petit peu, c’était prévu pour la matinée. Nous pédalons facilement une vingtaine de km sur la piste cyclable en bon état pour atteindre l’office du tourisme de Rivière. Nous sommes en avance, le bateau part à 13h30; après quelques hésitations nous filons à l’embarcadère. Céline avait demandé une réduction par téléphone et devait avoir la réponse par courriel. Nous n’achetons pas les billet sans cette réponse et allons dans une cantine manger de la soupe, des frites et du poulet.

La compagnie AML nous propose la croisière à demi-tarif, nous embarquons sur le « cavalier des mers »!

Aucune comparaison avec la croisière de Percé. Ici, c’est très pro; un naturaliste commente la croisière en français et anglais, le bateau est agréable, le personnel accueillant. Nous prenons la direction de Tadoussac vers la rive nord du Saint Laurent et croisons rapidement des belugas (mammifères ressemblant à des dauphins, vivant dans les eaux très froides, tout blanc). Puis quelques phoques accompagnent notre croisière, le guide a l’air très confiant lorsque nous arrivons dans les eaux froides (4°C) et profondes du Saint Laurent.


« Yes! » s’écrit-il lorsqu’il aperçoit le premier jet d’une baleine. Nous observons ravis, plusieurs rorquals communs et petits rorquals pendant près d’une heure. Leur taille est très impressionnante, certains se promènent à quelques dizaines de mètres du bateau.

De retour vers Rivière-du-Loup, on nous diffuse un documentaire sur les baleines, la moitié des passagers s’endorment, bercés par le bateau. Ça y est nous avons vu des baleines!


Sur la terre ferme, nous appelons Gilbert et Gervaise, des amis de Janine et Michel qui nous avaient hébergés à Montréal, pour leur signaler notre arrivée chez eux dans quelques minutes. Nous sommes une nouvelle fois excellemment bien accueillis. Repas gargantuesque et lits confortables pur la nuit.
Vendredi 3 septembre
Lac Chamard - Rivière du Loup
Croisière aux baleines
Après le fiasco de la croisière aux baleines que nous avions faite à Percé, nous pensions retenter notre chance quelque part. C’est pour aujourd’hui si nous arrivons à temps à Rivière-du-Loup. Il pleut un petit peu, c’était prévu pour la matinée. Nous pédalons facilement une vingtaine de km sur la piste cyclable en bon état pour atteindre l’office du tourisme de Rivière. Nous sommes en avance, le bateau part à 13h30; après quelques hésitations nous filons à l’embarcadère. Céline avait demandé une réduction par téléphone et devait avoir la réponse par courriel. Nous n’achetons pas les billet sans cette réponse et allons dans une cantine manger de la soupe, des frites et du poulet.
La compagnie AML nous propose la croisière à demi-tarif, nous embarquons sur le « cavalier des mers »!
Aucune comparaison avec la croisière de Percé. Ici, c’est très pro; un naturaliste commente la croisière en français et anglais, le bateau est agréable, le personnel accueillant. Nous prenons la direction de Tadoussac vers la rive nord du Saint Laurent et croisons rapidement des belugas (mammifères ressemblant à des dauphins, vivant dans les eaux très froides, tout blanc). Puis quelques phoques accompagnent notre croisière, le guide a l’air très confiant lorsque nous arrivons dans les eaux froides (4°C) et profondes du Saint Laurent.
« Yes! » s’écrit-il lorsqu’il aperçoit le premier jet d’une baleine. Nous observons ravis, plusieurs rorquals communs et petits rorquals pendant près d’une heure. Leur taille est très impressionnante, certains se promènent à quelques dizaines de mètres du bateau.
De retour vers Rivière-du-Loup, on nous diffuse un documentaire sur les baleines, la moitié des passagers s’endorment, bercés par le bateau. Ça y est nous avons vu des baleines!
Sur la terre ferme, nous appelons Gilbert et Gervaise, des amis de Janine et Michel qui nous avaient hébergés à Montréal, pour leur signaler notre arrivée chez eux dans quelques minutes. Nous sommes une nouvelle fois excellemment bien accueillis. Repas gargantuesque et lits confortables pur la nuit.

3000 bornes!






























Jeudi 2 septembre


Cabano - Lac Chamard


Nous avons pris connaissance de la météo, très pluvieuse samedi prochain, jour où nous souhaitions faire la croisière aux baleines depuis Rivière du Loup. Aussi, nous décidons d’avancer un peu plus que prévu pour pouvoir faire la croisière demain vendredi. Cependant, la piste est très mauvaise, des travaux ont été effectués pour l’élargir en vue de la saison de ski doo (moto neige); c’est sablonneux ou marqué par des traces de chenilles, des branchages entravent la piste. 20 km de difficulté, à 10km/h jusqu’au village de Saint Honoré où nous franchissons la barre des 3000 km parcourus! Ils sont bien mérités et nous achetons 2 litres de jus Framboise/Passion/Orange pour fêter l’évènement.


Pique-nique dans la cour de l’école du village pour profiter des jeux. La rentrée a eu lieu 3 jours auparavant et nous assistons au départ des « school bus », grand bus jaunes de ramassage scolaire. Pour la suite de notre parcours, nous évitons le petit Temis par de petites routes, puis nous la reprenons quand nous la retrouvons en bon état.


Le long de la piste cyclable du petit Temis, ont été aménagé des aires de « camping rustique » c’est-à-dire des abris, des foyers pour barbecue, des toilettes sèches et des plateformes en bois pour poser sa tente. Il y a une boite aux lettres où les campeurs sont invités à déposer quelques dollars pour la nuit passée. Nous sommes seuls dans un site, peu après le lac Chamard, le long d’un agréable torrent.

le Lac Temiscouata







Mercredi 1er septembre

Notre Dame du Lac - Cabano

Courte étape aujourd’hui pour profiter du lac que nous longeons jusqu’à Cabano. C’est un village un peu plus important que Notre Dame et assez touristique: un port, des plages, des restaurants et un grand parc municipal. Et aussi, une boulangerie où nous achetons du pain et une délicieuse tarte aux bleuets.


Nous profitons du parc, puis de la plage, puis de retour de nouveau au parc où nous plantons la tente en fin d’après-midi. Ce soir, nous voulons profiter des restaurants du village; Fabrice en a repéré un mais Céline préfère prendre des pizzas à emporter dans le parc pour que ce ne soit pas trop long pour les enfants. Arrivés à la pizzeria, Titouane en souhaite une au jambon, il n’y en a pas. Uniquement des pizzas à la viande ou avec des légumes de type chou fleur ou carotte. Céline tergiverse, Titouane dit qu’elle veut aller au restaurant, Fabrice sent que le vent tourne… direction le restaurant au plat du jour alléchant: tournedos de bœuf et brochette de crevettes, riz et légumes. C’est très bon, servi avec le sourire et de plus, la serveuse apporte des jouets pour faire patienter les enfants.

Nous prenons une petite glace sur le chemin de notre tente, le Temiscouata vaut le détour!

vendredi 10 septembre 2010









Mardi 31 août

Fredericton - Notre Dame du Lac
17 km

Notre hôte est partie travailler de bonne heure et nous a laissé les clés de sa maison. Fabrice part acheter une bouteille de gaz au Canadian Tire après le petit déj’. Bain pour les enfants avant de partir pour le centre ville. En début d’après-midi, nous avons un bus pour le Québec, nous rejoindrons la station par un bus urbain qui a un porte-vélo à l’avant; c’est très pratique.
Ce matin nous avons vu une parade militaire au quartier des officiers. Le passé militaire de Fredericton est important, notamment des soldats immigrés écossais. D’ailleurs un joueur de cornemuse accompagne la parade.
Pataugeoire dans un parc pour les filles, Fabrice part à la recherche d’un adaptateur pour brancher nos appareils électriques (nous avons égaré le notre) mais n’en trouve pas. Bus urbain jusqu’à la station interurbaine. Nous emballons les vélos, notre bus pour le Québec arrive et le chauffeur annonce qu’il ne peut pas prendre nos bicyclettes, ses soutes sont pleines! Même histoire que la veille, sauf qu’aujourd’hui les soutes ne nous paraissent pas trop rempli, le chauffeur nous semble de mauvaise foi…
Comme nous avons déjà nos billets, Céline va se plaindre au comptoir de la compagnie. Le guichetier arrive, il s’explique avec le chauffeur, nous montons dans le bus, il n’y aura pas de problème pour nos vélos.
Joli voyage, la route traversant rivières et forêts avant d’entrer au Qquébec de de descendre dans le village de Notre Dame du Lac. Comme son nom l’indique, le village borde le lac Temiscouata, la piste cyclable du petit Temis le traverse, elle a été construite sur une ancienne voie de chemin de fer et plusieurs anciennes gares ont été converties en halte, café ou point d’information.
Nous plantons la tente le long de la piste, à côté d’une table de pique-nique surplombant la marina et une aire de jeux pour les enfants; Nous complétons notre souper par de la bière et des frites du resto de la marina, puis faisons une agréable balade sur les pontons de la marina. Il fait encore inhabituellement chaud.

Courte étape à Fredericton





Lundi 30 août

Heather Beach - Fredericton
36 km


Nous plions la tente et rangeons nos sacoches avec une pointe de nostalgie, aujourd’hui nous quittons la Nouvelle-Ecosse, prendrons le bus sur le chemin du retour. Une bonne vingtaine de km le long d’une rivière, sur une route très peu empruntée nous amène dans la ville d’Oxford. Passage au point d’info touristique pour les courriels, courses et pique-nique au bord d’un petit lac aménagé avec des jeux pour les enfants.

Puis nous nous dirigeons vers la station de bus, en fait c’est une épicerie, un « dépanneur » qui fait office de station de bus. C’est la 1ère fois que les dames vendent des billets pour des voyageurs à vélo. De plus, nous souhaitons un seul billet pour faire Oxford - Dégelis avec une nuit passée à Fredericton. Finalement nous avons nos billets en poche pour Notre Dame du Lac (très proche de Dégelis) ainsi que des billets pour les vélos.
Le bus arrive, il n’y en a qu’un par jour dans cette direction, et le chauffeur annonce à Fabrice qu’il ne pourra embarquer les vélos car il n’a plus de place dans les soutes. Nous lui expliquons que nous n’avons pas d’autre solution, que nous avions téléphoné auparavant à la compagnie, que nos vélos sont emballés et les billets payés… Il répond que la compagnie ne garantit pas qu’elle puisse embarquer des vélos, mais voyant les enfants et/ou notre embarras, il commence à changer d’attitude. Il annonce aux passagers un « break » de quelques minutes et, aidé de Fabrice, il déplace des valises; nos vélos, la carriole et nos sacoches vont finalement rentrer, bien tassés!
Le voyage se passe très bien et nous arrivons à Fredericton, capitale du Nouveau Brunswick, vers 19h30. Déballage des vélos et nous regardons un plan pour rejoindre notre « warm shower ». Une très longue descente nous mène au centre ville (demain nous aurons à la monter?!), puis nous trouvons assez facilement la maison de Trish à la tombée de la nuit. L’accueil est très chaleureux, Trish est jeune, sportive et dynamique; nous bénéficions du sous-sol pour y dormir, nous y déposons nos affaires pendant que notre hôte cuisine des légumes de son jardin.
Nous passons la soirée à discuter de voyages.

Dernier jour en Nouvelle-Ecosse















Dimanche 29 août
Parc provincial de Fox Harbour - Parc provincial de Heather Beach
Une bonne quarantaine de km

Réveil en forme pour cette dernière journée complète en Nouvelle-Ecosse. Nous prenons notre temps pour une étape raisonnable. Nous faisons le tour de la péninsule avec, à l’horizon, de l’autre côté du détroit, l’île du Prince Edouard. Pique-nique sur la plage dont nous profitons de l’eau tiède. En fin d’après-midi, nos faisons quelques km pour nous rapprocher d’Oxford, ville d’où nous prendrons le bus demain pour Fredericton.

Nous campons au parc provincial d’Heather Beach, qui n’est en fait qu’une plage avec quelques aménagements. C’est le dernier jour de surveillance de la plage par les sauveteurs annoncent-ils au micro. Ils nous disent aussi que le parking ferme à la tombée de la nuit mais qu’il n’y a pas de problème pour bivouaquer sur place.
Nous faisons un joli feu de camp avec du bois ramassé sur la plage, déposé par la marée ou déjà présent autour de foyers éteints. C’est notre dernière nuitée sur une plage donnant sur la mer.

samedi 4 septembre 2010

Les Parcs Provinciaux





Mardi 24 août

Parc provincial de Brudenell - Parc provincial de Panmure Island
38 km

3ème étape de moins de 40 km, nous prenons notre temps, atteindra-t-on les 3000 km avant la fin du voyage? Nous en sommes à 2700 km. Après de multiples recherches sur différents moyens de transport (train ou bateau) pour rejoindre Montréal, nous avons choisi les dernières étapes de notre périple: traversier pour la Nouvelle Ecosse dans 2 ou 3 jours, puis bus jusqu’à Halifax, visite de la ville et bus le lendemain pour la baie de Fundy. Ensuite, traversier pour rejoindre Saint John au Nouveau Brunswick. A Saint John, fin de l’aventure cyclotouriste, nous louerons une voiture pour rejoindre Rivière du Loup où nous ferons une nouvelle tentative pour aller voir des baleines avant de rejoindre Montréal.

Il nous reste du chemin, aujourd’hui nous empruntons encore une bonne partie du sentier de la confédération. A Montague nous faisons un gros ravitaillement dans un grand supermarché, il n’y en a pas beaucoup sur l’île! Pique-nique au bord de la Marina et coups de pédales jusqu’à un autre Parc Provincial, celui de Panmure Island: un camping, une plage, un café-glacier et internet pour réserver une voiture de location.
Nous persévérons dans le pain grillé au feu de bois: ce matin pour y tartiner du Nutella, ce soir pour faire des croque-monsieur et aussi pour des toasts de beurre d’arachide.

Forfait ½ journée







Lundi 23 août

Sally’s beach - Parc provincial de Brudenell
39 km
Nous sommes vraiment bien à Sally’s beach, Fabrice prend un bain de mer avant de filer sous la douche, les filles s’amusent aussi sous la douche, puis au toboggan et aux balançoires. Les bagages sont prêts, mais nous restons pour le lunch sur place. Nous ne pédalerons que la ½ journée, comme hier.
Nous avons le vent favorable et atteignons facilement Cardigan pour un petit ravitaillement (et une glace de la marque ADL, fabriquée sur l’île) avant de rejoindre le sentier de la confédération jusqu’au parc provincial de Brudenell. Celui-ci est d’une autre catégorie: cottages, golf, marina, piscine… et camping en pleine forêt pour la famille cyclo.
Il est 18h, il reste une heure de piscine avant la fermeture, les filles sont ravies d’y aller, l’eau est chauffée. Pendant ce temps, Fabrice plante la tente et ramasse du bois. Ce soir le souper est amélioré par du pain grillé tartiné de beurre d’arachide!

Apple pie surprise









Dimanche 22 août
Cap aux Meules - Souris - Sally’s Beach
32 km

Réveil à 6h40, à 7h20 nous sommes dans la file d’attente pour embarquer. Nous discutons avec un jeune couple de Montréal venu visiter les îles après avoir travaillé pour la saison au Café Dunes, sur l’ÎPE.
La traversée est aussi agréable qu’à l’aller. Le bateau est bien rempli mais nous n’avons pas les mêmes habitudes que les québécois: quand ils sont au café, nous sommes à la cafétéria, et inversement.

Nous débarquons à Souris, sur l’Île du Prince Edouard que nous retrouvons avec plaisir mais aussi avec une pointe de nostalgie, nous sommes sur le chemin du retour vers Montréal.
Pourtant, il nous reste une bonne quinzaine de jours de vacances! Il paraît que certaines personnes ne prennent que 15 jours de vacances par an…
Nous reprenons la route côtière des pointes de l’est que nous avions laissé une semaine auparavant. Les blés sont fauchés, mais les falaises rouges, les plages de sable fin, les champs de pommes de terre (les « nouvelles » sont en vente au bord de la route) et les forêts sont toujours là.
La météo est variable, la route est mouillée par endroit, il a plu peu de temps auparavant. Mais quand nous arrivons au Parc Provincial de Sally’s Beach, le ciel s’éclaircit. Un parc provincial, c’est un site remarquable plus ou moins aménagé. Ici, il y a des toilettes, une douche chaude extérieure, une salle commune et des sentiers pédestres. Une famille vient d’y fêter l’anniversaire d’une petite fille, quelques touristes font une pause en voiture, nous, nous passerons la nuit ici même si le parc est à fréquentation diurne. Deux couples d’autochtones nous affirment qu’il n’y a pas de problème pour camper sur place, un peu à l’écart du bâtiment. Ils sont venus faire un barbecue et sont bien équipés: grande glacière pour les bières, belles tranches de bœuf, les dames ont cuisiné une apple pie et des petits pains de type « scone ».
Nous allons planter la tente à une centaine de mètres et quand nous revenons, ils sont sur le départ. Une excellente idée leur vient: nous offrir quatre grosses parts d’apple pie et plusieurs scones! Une bonne surprise qui va améliorer notre quotidien.

Dernier jour aux îles de la Madeleine



Samedi 21 août
Gros Cap - Cap aux Meules
8 km

Dernier jour sur les îles, il pleut, grasse mat’ sous la tente, puis petit déj’ à l’abri; nous quittons le camping à 13h quand le ciel s’éclaircit. Demain, nous prenons le bateau à 8h, aussi nous avons réservé une chambre dans un hôtel à 500 m de l’embarcadère, nous n’aurons pas besoin de plier la tente et de pédaler avant d’embarquer.
Le temps de ramasser un peu de sable comme souvenir, de prendre une photo de la pointe de l’échouerie et nous voilà au village de Cap aux Meules. Nous posons nos bagages à l’auberge des « Pas Perdus ». Promenade à pieds, glaces chez un glacier qui a ouvert 2 semaines plus tôt. Il s’agit d’un jeune couple franco-canadien installé sur les îles depuis quelques années, qui lance son commerce. Les glaces et les cornets maison sont très bons.
Souper au salon télé de l’auberge, nous réfléchissons encore à notre itinéraire pour les 15 derniers jours, et à notre moyen de transport pour revenir à Montréal.

le tour de l'île du Havre Aubert












Vendredi 20 août

Gros Cap - Île du Havre Aubert - Gros Cap

71 km


Télé et croissants au beurre
8h45, notre attachée de presse, Céline, a bien fait les choses, une équipe de la télévision locale des îles de la Madeleine vient nous interviewer pendant que Titouane et Amielle prennent leur petit déj’. Nous passerons début septembre et notre « entrevue » sera aussi accessible sur internet. Ce sera un beau souvenir!
Dernière île reliée par des dunes ou des ponts aux autres îles de la Madeleine à découvrir, l’île du Havre Aubert. Nous la rejoignons après 17 km de route et de vent, mais heureusement, nous avons laissé une grande partie de nos bagages au camping de Gros Cap.

A l’entrée de l’île, une boulangerie: la fleur de sable, réputé e la meilleure de l’île. Il est 11h, le choix n’est pas large mais il nous suffit: pain au chocolat et amandes, brioche à la cannelle et croissants au beurre accompagnés d’un espresso. Des viennoiseries cuisinées au beurre, nous n’avions plus connu cela depuis un mois. C’est excellent et nous reprenons 2 croissants. La boulangerie est décorée d’affiches de la Provence. La terrasse-jardin nous accueille une petite heure.
Puis c’est le début de notre boucle autour de l’île du Havre Aubert. Après quelques collines, nous retrouvons le bord de mer et la plage de la Dune Ouest. Pique-nique, baignade, Titouane nage seule avec ses brassards.
Nous continuons le tour de l’île qui offre de jolis points de vue sur les falaises, les plages, le phare. C’est moins spectaculaire que la veille, mais ça vaut le détour. Nous nous avançons jusqu’à la Pointe de la Grave annoncée comme un des principaux attraits des îles, nous nous attendions à mieux. Une série de petites maisons en bois dans lesquelles on vend des souvenirs et des produits artisanaux, dont des sculptures en sable. La rue n’est pas aménagée pour les piétons et les commerçants ne sont guère accueillants. Nous prenons le temps de manger une glace et il faut rentrer jusqu’au camping. En soirée, au loin, nous voyons des éclairs.

le Tour du Havre aux Maisons












Jeudi 19 août

Havre aux Maisons - Gros Cap
40 km
Petit déj’ amélioré d’une bouteille de jus d’orange. Aucun nuage dans le ciel, « vous êtes chanceux » nous répètent souvent des québécois de rencontre. La journée s’annonce excellente, nous pédalons jusqu’à la plage de l’Hôpital, à côté du lieu-dit le barachois, sur la commune de Fatima. Après avoir fait quelques courses, nous profitons d’une énième merveilleuse plage des îles!

Puis nous pédalons le long du Chemin des Caps de l’île du Cap aux Meules. La Belle Anse offre une vue panoramique sur les falaises de sable rouge fossilisé en dunes du Cap au Trou. Sur le belvédère, prennent place trois musiciens qui entament des musiques traditionnelles des îles.
Puis c’est le Cap du Phare, cette partie de la côte est la plus spectaculaire jusqu’à présent. Nous pédalons enfin jusqu’à Gros Cap, sur lequel il y a un camping et une auberge de jeunesse. Le site est tout aussi magnifique et est fréquenté principalement par des kayakistes, cyclistes ou canoéistes, bref ambiance plutôt sportive, ça change des campings du Québec avec les énormes camping-cars!
Après avoir planté la tente, nous avons même le temps de descendre à pieds sur la plage pour prendre un bain rafraîchissant et ramasser du bois. Douches, feu de camp et souper au coucher du soleil, c’était une journée parfaite.

ça souffle!









Mercredi 18 août

Plage de Old Harry - Havre aux Maisons
58 km

Après une journée de quasi repos, une longue étape nous attend, nous l’appréhendons car nous l’avons faite dans l’autre sens, et ce matin, le vent souffle du mauvais côté. Après une petite heure sur la plage, nous pédalons donc avec le vent contraire (de face ou de côté) pendant plus de 25 km. C’est éprouvant et nous sommes bien heureux de faire notre arrêt pique-nique sur une plage aussi belle que les autres, à Pointe aux Loups.

Longue pause à nous dorer au soleil avant de repartir pour l’île du Havre aux Maisons. A l’aller nous étions passé côté dune sud, cette fois-ci nous prenons le côté nord. C’est tout aussi joli, maisons colorées, lagune et océan, vertes collines… Nous cherchons un endroit pour planter la tente, ce sera au bord de la lagune, où sont amarrés quatre bateaux. Nous nous dépêchons de planter la tente avant que le soleil se couche, pour filer à une pizzeria repérée 2 jours plus tôt: la pizzeria de la pointe.
Dans un chalet de bois, l’atmosphère y est chaleureuse et ça sent bon! On y choisit la taille des pizzas en pouce: 6, 9 ou 12, nous prenons 12. Les pizzas sont copieusement garnies sur de la pâte à pain. D’ailleurs la serveuse nous propose du beurre pour manger le pourtour de la pizza, « le pain » nous dit-elle. Le fromage utilisé est un cheddar fabriqué sur l’île. Tout le monde se régale, Amielle en redemande… mais elle se réveillera 2 fois dans la nuit pour boire de l’eau!
Dans la pizzeria, nous discutons avec un couple de québécois, amateur de vélo, impressionné par notre voyage, surtout avec des enfants en bas âge. Retour à la lueur de nos lampes jusqu’à la tente.