lundi 12 juillet 2010

Québec !!

















3 jours dans la ville de Québec, pas un kilomètre de vélo et un formidable accueil de Lison (dans sa maison) Louis et Danielle

Mercredi 7, jeudi 8 et vendredi 9 juillet

Mercredi,


réveil, déjeuner et Louis nous dépose en ville, à l’office du tourisme où nous prenons les infos pour la visite de la ville (et les parcs ombragés pour fuir la chaleur) et le programme du festival d’été de Québec. Nous parcourons la ville haute, le boulevard Saint Jean, la colline parlementaire, Québec a un patrimoine culturel et historique important. Même s’il y peu de rues piétonnes, c’est agréable de se promener dans les rues anciennes. Les maisons ont beaucoup de charme.

Long pique-nique dans un des plus grand parc urbain du monde et nous continuons notre ballade vers la ville basse: le petit Champlain et le vieux port, Louis nous y récupère et nous profitons d’une invitation à nous baigner chez leurs amis. La piscine, cela fait du bien après cette journée sans vélo, mais avec plusieurs heures de flânerie dans Québec sous une forte chaleur (les infos annoncent les plus fortes chaleurs depuis les années 50 pour toute la semaine)!
Vers 22h, comme chaque soir pendant l’été, se produit un spectacle étonnant: le « Moulin à images », de Robert Lepage. Sur une industrie de plusieurs centaines de mètres de long, au bord du fleuve, sont projetées des images d’archives, des dessins et des petits films, mis en musique, retraçant l’histoire de la ville de Québec. Le spectacle a été créé pour les 400 ans de la ville, 2 années auparavant, et devant le succès rencontré, il est mis à jour chaque année et diffusé pendant l’été.


Jeudi,

Les filles dorment encore quand nous partons avec Louis acheter des bouteilles de camping gaz dans une grande surface. Nous revenons, déjeunons et avons prévu de magasiner. Première étape, le magasin spécialisé en vélo l’été et ski de fond l’hiver, de la belle fille de Danielle et Louis, « Demers Bicycle » (ou Demers ski de fond). Nous achetons 4 pneus de très bonne qualité (dont 2 pour la carriole).

Puis, Céline ayant oublié son unique robe dans un camping, nous allons faire du magasinage (shopping) dans un centre commercial, avec Lison, Danielle et Louis. Dans une grande surface textile (chez Simons), nous croisons Pauline, une amie de nos hôtes, Louis lui explique les raisons de notre présence au Québec et, sans hésiter, elle nous propose de nous accueillir pour une étape, à Berthé-sur-mer, sur notre itinéraire, où elle a sa résidence secondaire. Rendez-vous est pris pour samedi soir, avec son mari, ils ont l’habitude de prendre des vacances en itinérance, parfois à vélo.

En plus des grandes boutiques, il y a un parc d’attraction couvert: montagnes russes, manèges, patinoire, auto-tamponneuses… Titouane en profite, Amielle est trop petite pour les attractions mais le mouvement des manèges, les musiques mélangées l’intéresse. Ensuite, nous dînons dans l’espace restauration, avec un grand nombre de fast-food au choix. Tout cela dans le centre commercial climatisé.
Dehors c’est une forte chaleur, aussi la visite suivante est pour les Chutes de Montmorency, à quelques kilomètres de Québec. Des chutes très hautes et rafraîchissantes. Le parking est payant (autour de 10 $), c’est un peu exagéré (« c’est de l’exploitation » dira Louis) et nous nous garons à l’extérieur, marchons quelques centaines de mètres pour éviter de payer le prix fort!
Proche de chez Lison, dans le quartier historique du trait carré, sévit une chocolaterie: les « Chocolats favoris ». Sa spécialité: tremper les glaces dans du chocolat fondu, qui durcit à son contact, un régal! Puis nous nous rendons chez d’autres amis de nos hôtes pour un bain bienvenu dans une piscine!
Mais ce soir, c‘est aussi l‘ouverture du festival d‘été. Louis nous y dépose tandis qu‘il raccompagne les filles à la maison.
Dans le boulevard Saint Jean plusieurs troupes animent la rue. Sur la grande scène se succèdent des gloires de la chansons francophone, sur une plus petite scène se tient le concert qui nous intéresse: « Emir Kusturica and the no smoking orchestra » mettent une ambiance exceptionnelle. Devant la scène des barrières limitent la fosse, réservée aux détenteurs d’un PASS. Mais sur les hauteurs de la place, on peut regarder le concert gratuitement. Cela restera un excellent souvenir du voyage!
Vendredi

Pendant le festival de Québec, un endroit sur le vieux port est consacré aux enfants, c’est la « Place de la famille ». Nous y pique-niquons, Titouane et Amielle jouent dans les structures gonflables puis c’est le spectacle « la souris bouquine » où une femme déguisée en souris raconte des histoires de châteaux et sorcières.
Elles sont très attentives.
Ensuite, Céline monte avec elles dans un petit train qui fait le tour de la Place de la Famille et… arrive un gros orage. La bonne nouvelle est qu’il annonce la fin de la canicule. La mauvaise est qu’il faut trouver refuge, tout d’abord sous une tente consacrée au maquillage (en princesse pour Titouane).
Puis nous sortons de la Place à la faveur d’une accalmie qui ne dure pas. Nous nous réfugions dans un restaurant qui nous accueille gentiment pour prendre un café.
La pluie est légère, nous allons au marché du vieux port, excellents produits (de nombreux maraîchers de l’île d’Orléans), un peu chers cependant. Louis nous y récupère en voiture. Retour au quartier du trait carré pour faire la connaissance de 2 artisans:
un boulanger belge, qui emballe son pain dans des sachets en plastique. Je lui dis que c’est dommage, ses pains y ramollissent. Il m’explique que les québécois n’achètent que du pain mou, quand il vont en France, ils reviennent avec du mal aux gencives à cause des coutes dures de nos pains! Il est content d’avoir un client qui apprécie le pain croustillant et m’en sert 2 sortis peu auparavant du four.
Ensuite, direction « La fudgerie », le fudge est une spécialité anglaise, récupérée par les américains, une sorte de caramel fondant que nous ne connaissions pas. L’artisan est un passionné qui nous raconte l’histoire du Fudge, l‘arrivée de la recette au Québec, l’histoire de sa maison, de son parcours (il était chef cuisinier puis s’est spécialisé dans le fudge, le nougat, le chocolat…). Ses fudges sont à de multiples parfums (piment, orange-canneberges, poivre rose, chocolat noir…) et prennent parfois des formes étonnantes (saucissons notamment).




4 commentaires:

  1. Que d'aventures ! Très agréable de vous lire !
    Bonne continuation et gros bisous
    Candice

    RépondreSupprimer
  2. Bon courage sous cette chaleur!! Contente de voir votre progression!
    Sandrine de Cenon

    RépondreSupprimer
  3. coucou Céline,
    vous me faites rêver avec ce voyage au Québec. nous étions sur cette terre il y a quelques années (lac Saint-Jean) et je la garde comme un de nos plus beaux souvenirs de vacances.
    et ce doit être encore plus formidable de cheminer à vélo.
    bises à tous les 4
    Jean-Marc

    RépondreSupprimer
  4. Au plaisir de vous revoir
    Le Fudgeron

    RépondreSupprimer