lundi 12 juillet 2010

Qui veut voyager loin...












Mardi 6 juillet

Saint Apollinaire - Québec
54 km

Hier, j’avais crevé à quelques centaines de mètres de l’arrivée, ce matin nous doutons de la capacité du pneu à aller jusqu’à Québec. Depuis le camping, il y a sûrement un chemin qui coupe à travers bois pour rejoindre la piste cyclable par un raccourci, mais plusieurs locaux interrogés affirment qu’il faut prendre la grande route. Pendant que les 3 filles profitent de la piscine, Fabrice part à la recherche d’un passage dans la forêt. Il y a de nombreuses pistes qui partent dans la bonne direction, à travers des bois privés. J’en tente un , puis un deuxième, ils aboutissent tous à un grand espace défriché pour le passage d’une ligne à haute tension. Un animal très haut sur pattes s’avance à une cinquantaine de mètres, c’est un orignal! Je l’observe pendant plusieurs minutes, il m’a vu et avance tranquillement vers la forêt, puis y disparaît. Dommage, je n’avais pas l’appareil photo!

Je retourne au camping, tous les chemins sont trop chaotiques pour passer avec la carriole. Nous prenons la route, mais après moins de 2 km, mon pneu éclate! Une réparation difficile est à tenter. Céline propose d’utiliser du scotch de type chatterton, bleu, qu’elle a dans une sacoche. Ok ça tient jusqu’au village suivant, Saint Agapit qui dispose d’un magasin de vélo. J’achète un pneu, nous nous installons à côté de l’ancienne gare pour le pique-nique et je répare sérieusement.
Nous avons de la chance dans nos petits désagréments, mais je me promets de ne plus attendre la dernière minute pour prendre soin de nos montures.

Nous pédalons jusqu’à Lévis, qui fait face à Québec, où nous allons prendre un traversier pour le vieux port de Québec. L’approche de Québec est très joli avec le château de Frontenac, la cathédrale, l’hôtel de Ville qui surplombent la ville basse. Il est plus de 19h, il nous reste 15 km d’une piste cyclable qui traverse Québec pour arriver chez notre hôte, Lison. Nous l’avons prévenu de notre arrivée tardive, habituellement les québécois soupent vers 18h, même en été.
Bonne surprise! Alors que nous débarquons du traversier, Louis, nous accueille, il a récupéré une remorque chez un ami pour charger nos vélos, il nous évite 15 km en pleine chaleur, en fin de journée et nous conduire à un bon souper!

1 commentaire:

  1. Bonjour les courageux !

    Je viens de découvrir votre blog et je me plonge dans vos aventures. C'est fantastique ce que vous faites ! Je suis au Laos, dans la dernière semaine d'un voyage de 15 mois autour du monde avec mon mari, mais à pied et en transports en commun ;) J'avoue qu'après un tel périple, je déprime un peu de revenir à "la vraie vie", mais votre périple me remonte le moral ! A l'aube d'une vie familiale avec un enfant en route d'ici peu, je me dis grâce à vous que tout est possible ! Vos deux bouts de choux sont trop mignons ...

    Profitez bien ! L'an dernier à la même époque nous étions nous aussi à Quebec, ahhh les belles chutes et avez-vous gouté les glaces à la vanille avec le dessus en choco croquant ?

    A bientôt !
    Nathalie
    http://www.nature-construction.com

    RépondreSupprimer