samedi 7 août 2010

Au pays des acadiens





Grande Anse - Inkerman
Mercredi 4 août
55 km

Brume, bruine puis grisaille au réveil; les caravanes et camping-cars quittent le camping peu à peu, nous traînons en attendant l’éclaircie. 20 km et nous arrivons à Caraquet, c’est la capitale culturelle acadienne. La plupart des maisons arborent le drapeau acadien (bleu blanc rouge avec une étoile dorée), beaucoup ont peint leurs façades, mis des guirlandes… Avant d’entrer dans la ville nous avons longé le marais de Caraquet, la région est un paradis pour les amateurs d‘oiseaux migrateurs. La petite ville et sa marina sont bien agréables. Du 1er au 15 août, se tient un festival acadien; mais ce sont surtout des pièces de théâtre qui racontent l’histoire de l’Acadie ainsi que quelques concerts. Rien pour les enfants donc nous prévoyons de prolonger notre étape. Pour l’heure, c’est le pique-nique sur le port bien aménagé pour les familles. Promenade sur le quai, jeux pour les enfants et glacier!
Nous sortons de Caraquet par une belle piste cyclable, malheureusement le prospectus de promotion de la péninsule acadienne annonce que la décision vient d’être prise de créer un réseau de pistes cyclables sur la péninsule. Nous sommes de passage un peu trop tôt et la piste bitumée devient caillouteuse.

Nous hésitons sur la suite de notre parcours et terminons à Inkerman au bord d’un estuaire, dans un complexe motel/chalets/camping de petite taille (nous sommes les seuls à camper). Le propriétaire nous ouvre sa salle de fête pour nous éviter les moustiques. Une grande salle avec cuisine professionnelle et vue sur l’estuaire rien que pour nous! Nous n’avions pas prévu ça et mangeons de classiques macaroni à la sauce tomate-basilic.
Après avoir couché les filles, nous hésitons toujours sur la suite; à 23h55, nous nous rendons compte qu’il nous reste 5 minutes si nous voulons bénéficier d’un « tarif réduit superescompte » pour un train dans 3 jours qui nous rapprocherait de l’île du Prince Edouard. On nous a souvent décrit cette île comme très belle et parfaite pour les cyclotouristes. Cela force la décision, nous n’irons pas à la pointe de la péninsule acadienne, nous arrêterons peut-être au retour au sud du Nouveau-Brunswick et samedi nous prendrons le train.

1 commentaire:

  1. Bonjour Céline,

    C'est Julien de l'IFAID. Je viens de lire tes aventures canadiennes. Ca a l'air d'être génial. Je suis arrivé à Montréal il y a 2 jours. Je te laisse mes coordonnées sur ta boîte mail.

    A bientôt et bonne route

    RépondreSupprimer