mercredi 3 août 2011

1ère étape le long du Rhin




Koblenz - Saint Goar
41 km
Au réveil, Céline va au supermarché tout proche acheté à manger pour la journée. Nous prenons loe petit déj’ sur l’herbe, mais quand les filles se réveillent, un orage éclate. Elles mangent sous la tente, encore allongées sur leurs tapis de sol. Après deux averses, ça se calme, nous décampons. Nous disons au revoir à la Moselle et sortons de Koblenz par la rive gauche du Rhin que nous suivrons toute la journée. La piste cyclable est très bien aménaée, toujours en site propre, parfois dans la forêt, souvent le long de la voie ferrée. Le Rhin est encore plus emprunté par les croisiéristes que la Moselle. Les bateaux croisent les péniches de transport de marchandises.
Nous traversons de jolis villages, quasiment toujours surplombés d’un château, souvent en ruine « détruit par les français » indique notre topo. C’est vrai que la le fleuve a été le lieu d’intenses batailles au cours des siècles, entre les français et les prussiens, mais aussi au gré des alliances entre les divers royaumes européens.
Nous faisons notre pause déjeuner dans un espace aménagé au bord du fleuve avec une aire de jeux pour les enfants bien sûr. Nous prenons notre temps, quelques nuages gris traversent le ciel. Nous repartons et après quelques kilomètres, un nouvel orage. Le temps de mettre nos Kway, de faire quelques centaines de mètres et la pluie cesse. Il fait très chaud maintenant et nous atteignons la ville de Boppard. Au centre ville, sur la Markt Platz, Amielle et Titouane se mettent en culotte et courent autour les pieds dans l’eau d’une fontaine.
Il est encore tôt, nous n’avons pas fait 30 km, nous décidons de continuer. A l’approche de Saint Goar, des nuages noirs s’amoncellent, un nouvel orage se prépare. Nous sprintons en sentant les premières gouttes, passons un petit portail et stoppons sous le préau d’une école. L’orage se déchaîne, encore deux minutes et nous étions trempés!
Nous patientons quelques minutes, ça se calme, Céline va à l’office du tourisme. La météo annonce de la pluie pour toute la soirée alors nous décidons de dormir à l’hôtel. La dame de l’office du tourisme téléphone à un à qui il reste une chambre. C’est au cale, l’accueil y est sympa et il y a un garage pour les vélos. En plus ce n’est pas très cher, 45€ petit déj’ compris.
Nous ressortons dîner en ville, dans une pizzéria (un resto sur deux est une pizzéria en Allemagne nous semble-t-il!) et terminons le repas par une glace à 50 mètres de la pizzéria. 1,20€ le cornet à un parfum, le même à Bordeaux est à 2,50€! En plus les glaces sont bonnes, souvent fabriquées par des italiens (je demande la traduction des parfums de l’allemand en italien pour vérifier)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire