samedi 24 août 2013

Nashledanou!

Prague – Toulouse :quelques derniers tours de roue

Préparation des sacoches, on jette l'inutile, on donne notre bonbonne de gaz à l'accueil de notre auberge, elle est interdite en avion, et direction la petite gare de Prague-Masarykovo. Pour rejoindre l'aéroport nous profitons d'un petit train qui nous approche à 5 km. De la gare de Ruzyne, une piste cyclable permet d'accéder à l'aéroport, c'est très pratique pour nous et nos vélos.

S'en suit une bonne heure et demie de démontage des vélos pour les faire entrer dans les cartons pour bicyclette d'Air France, d'emballage de notre carriole dans une vaste bâche. Puis enregistrement, pique-nique dans la salle d'embarquement et décollage, « nashledanou ! » (au revoir)


 la Rép.Tchèque !

Atterrissage en fin d'après-midi à Toulouse, les 2 cartons vélos complètement ouverts arrivent tardivement, mais complets, certainement inspectés par la douane qui n'a pas laissé de mot d'excuse. Surprise, les parents de Céline sont là, nous allons à l'hôtel puis pizza et 1er verre de rosé depuis un mois, nous avons aussi beaucoup de choses à raconter.

vendredi 23 août 2013

Retour à Prague

Dresde – Prague: en train

Encore un copieux petit déjeuner partagé avec nos hôtes, pourtant aujourd'hui nous n'allons pas beaucoup pédaler : nous prenons le train à 13h08 pour Prague. Au revoir chaleureux à nos hôtes, petite balade en vélo dans Dresde et train. Le trajet nous fait retrouver les km que nous avons parcourus de Prague à Dresde ces derniers jours.

Céline achète des sacs pour mettre nos sacoches en soute dans l'avion, nous n'avons droit qu'à 1 bagage en soute par personne, il nous faudra donc regrouper nos 9 sacoches et négocier comme à l'aller pour que le vélo enfant de Titouane soit considéré comme un bagage normal en soute.

 
A Prague, nous logeons au Traveller's Hostel, genre auberge de jeunesse, cet hôtel à ouvert juste après l'ouverture des frontières lors de la chute du mur de Berlin. Nous faisons une longue promenade pour profiter de cette très belle capitale, notamment via l'incontournable Pont Charles, au coucher du soleil, inondé de touristes du monde entier.




jeudi 22 août 2013

1000 bornes à l'entrée de Dresde

Stadt Wehlen – Dresde : 32 km

Notre hôte est parti de très bonne heure travailler, nous laissant un copieux petit déjeuner sur sa table. A midi nous pique-niquons au bord d'un lac, proche de l'agglomération de Dresde. L'eau est fraîche, le site très calme, Fantine, toujours K.O. dort continuellement.

Nous fêtons nos 1000 km au compteur ! 1000 bornes de grosses chaleurs, de bords de rivière, mais aussi de beaucoup de lacs ou étangs, de forêts et de villages, de champs de blé en cours de moissonnage, 1000 bornes de rencontres et de découvertes d'un pays (la Rép. Tchèque) chargé d'Histoire... et quelques km dans l'ex-RDA à l'histoire contemporaine particulière également.

Bref, nous sommes très heureux de notre choix de destination pour des vacances qui sentent la fin de l'aventure.

Nous pédalons jusqu'à mais ne pouvons emprunter le nouveau pont qui ouvrira dans 2 jours. C'est celui-ci qui a fait perdre l'inscription au patrimoine mondial de l'humanité de l'UNESCO, à Dresde. Ce n'est pas un joli pont, mais il est de taille modeste comparé par exemple au pont levant en construction à Bordeaux, au dessus de la Garonne.

A quelques mètres de la maison de notre nouvel hôte, membre du réseau « warm shower », « PAF ! » le câble de mon dérailleur arrière casse, 2 jours seulement après le câble avant. Heureusement, Jens travaille dans un magasin de vélo, il s'y connaît bien en réparation et me change le câble en quelques minutes.

Jens vit avec sa compagne et son fils dans un appartement d'une grande maison ancienne occupée par plusieurs familles. De nombreux enfants jouent dans le jardin, un lapin y est domestiqué. Jens parle français, sa compagne nous cuisine de bonnes choses pour le dîner, notamment des galettes de patates/œufs/oignons que nous tartinons de compote de pommes.

Nous prenons le bus e le tram pour nous rendre en centre ville, flânons autour de l'imposant château, et mangeons une glace bien sûr !


 

Angine pour Fantine

 Königstein – Stadt Wehlen 10 kms
Les filles profitent des jeux et du trampoline. Fantine ne fait que dormir et la fièvre a du mal à baisser. Aujourd'hui ce sera une petite étape jusqu'à notre warm shower. Nous commençons par traverser la rivière Elbe pour rejoindre le centre village de Konigstein et y faire quelques courses pour notre pique nique. Nous cherchons un medecin mais il est fermé jusqu'à 15 h, ainsi, nous décidons de prendre notre pique nique dans une aire de jeux. Fantine réussit à manger quelques miettes de thon, et semble plus en forme. Nous décidons donc de ne pas aller chez le medecin et de nous rendre chez notre warm shower, Stefan.
Ce dernier habite dans une superbe maison en bois construite l'an dernier. Il est très gentil et nous accueille comme des rois! Il prépare un bon repas et les filles testent le trampoline (encore un!) et les jeux de leur fils qui est en vacance (dont des playmobiles sur des velos qui leurs plaisent beaucoup!)
Après avoir préparé le repas, voyant que Fantine ne va pas mieux, ils nous propose de m'emmener à l'hôpital de Pirna à 8 kms. Fabrice reste avec les deux grandes et dégustera le bon plat sorti du four!
L'hôpital est tout neuf, Stefan me previent que parfois ils préfèrent garder les patients. Cela me rappelle nos vacances d'il y a deux ans pendant lesquelles Titouane et son père ont séjourné à l'hôpital une nuit pour l'opération du doigt de Titouane. Je m'imagine déjà rester sur place...Je me dis que le bon point c'est que j'aurais certainement droit à un énorme "frushtuck" (petit déjeuner allemand) demain matin!!
L'accueil est rapide et efficace, le médecin diagnostique simplement une angine rouge (heureusement que Stefan est là car personne ne parle l'anglais!), donc nous ressortons avec une ordonnance pour du nurofen et du paracetamol...
Déçue de ne pas avoir mon Frushtuck, je me rattrappe sur le bon repas du soir! Même après une si petite étape, nous mangeons d'énormes quantités!
Nous passons une très bnne soirée à discuter, notamment de leurs aventures en velo! Ils sont partis pendant 1 an de l'Allemagne à l'Inde en vélo. Avec leurs fils, ils sont partis 3 mois en Nouvelle-Zélande, et cette année, en Turquie. Pays qu'il nous recommande pour ses routes très larges permettant de circuler en vélo facilement.
Nous réfléchissons souvent à notre voyage de l'an prochain! Nous dormons dans le bureau, en compagnie d'une tortue qui fascine les filles! Cette tortue est aussi pensionnaire chez eux. Elle appartient à une famille de voisins habitant proche de la rivière, dont la maison a été inondée cette année. Stefan a hebergé cette famille pendant 3 mois, le temps de réparer les dégats. Cette inondation a été importante. Elle a aussi cassé la piscine municipale dans laquelle nous nous serions bien baignés aujourd'hui!



mardi 20 août 2013

Premiers tours de roue en Allemagne

Decin – Königstein : 37 km
Nous quittons l’hôtel Formule après quelques parties de baby foot pour les filles. Il ne fait pas chaud. Fantine a de la fièvre depuis hier, nous apprendrons le sur lendemain qu'elle a une angine virale. Pas très grave, mais beaucoup de fièvre et ko. Nous pédalons jusqu'à Hrensko, porte d'entrée du parc National de la Suisse Tchèque. Il s'agit d'un parc avec des formations en grès de plusieurs formes, des ponts anciens les reliant, et des petites montagnes. Ce parc possède son homologue côté Allemand. Ici, nous sommes à la frontière avec l'Allemagne, la rivière Elbe délimite cette frontière. Après avoir pédalé côté allemand, nous prenons le ferry pour retourner côté tchèque à Hrensko.
A la sortie du ferry, plusieurs thailandais tenant des boutiques de vêtements et autres babioles licites et illicites bon marché. Nous nous rendons à l'office du tourisme où la personne qui nous accueille n'a pas grand chose à nous conseiller. Nous décidons de faire un petit tour du village (très petit et peu animé à l'heure où tous ces thaïlandais sont en train de plier boutique.
Je (Céline) ne suis pas très motivée pour rester ici, malgré l'heure assez tardive. Nous décidons donc de continuer à pédaler. Nous pensions nous arrêter dormir à Bad Schandau, mais on nous signale que tous les hôtels (à moins de 100 Euros la nuitée) sont complets. Nous continuons donc encore à pédaler en direction d'un prochain camping, mais il faut retraverser la rivière en ferry. Fantine est vraiment KO, nous nous arrêtons donc dans un grand hôtel / centre de vacances. Les prix sont très chers par rapport à ce que nous avons trouvé en république tchèque !
Nous mangeons notre ration de pâtes quotidiennes, puis, tandis que Fantine dort, les filles vont essayer le super trampoline, le bowling et la salle de jeux. Elles rencontrent deux petites copines parlant français. Du coup, elles décident de veiller malgré la fatigue et l'heure tardive (leur père nous offre un bon verre de vin rouge!) Titouane mettra 10 étoiles à cette étape sur son cahier de bord. C'est vrai que le trampoline est vraiment extra !


lundi 19 août 2013

Pluie et casse.

Litomerice – Decin : 46 km

Mauvaise nuit de Fantine qui s'est réveillée plusieurs fois, aussi, ce matin elle fait la grasse matinée. Les prévisions météo sont médiocres pour aujourd'hui et demain. Nous quittons le yacht-club et pédalons tranquillement sur une bonne piste asphaltée le long de la rivière Labé qui est large maintenant.
Une table de pique-nique abritée le long de la piste, nous nous arrêtons et quelques minutes plus tard, il se met à pleuvoir. Nous laissons passer le gros de l'averse avant de repartir habillés de nos vêtements de pluie. Au niveau de Usti nad Labem, grosse ville industrielle, « PAF ! », le câble de mon dérailleur casse, je ne peux que pédaler sur le petit plateau. Plusieurs « cycloservis » sont indiqués sur notre topo guide. Le 1er remplace le câble en quelques minutes pour 150 couronnes tchèques (6 €).
 
Nous repartons, il fait gris et froid,alors le mieux que nous ayons à faire est de pédaler... jusqu'à un hôtel recommandé par un « warmshower » avec qui Céline a échangé.
 
Régulièrement, nous apercevons des conséquences des inondations du printemps: pistes ou routes endommagées, sacs plastiques dans les arbres à hauteur de la montée des eaux, sur certains bâtiments ont été tracées les plus hautes crues, celle de 2002 est la plus importante, mais celle de 2012 est à un très haut niveau aussi.
 
C'est l'hôtel « Formule », 3 ou 4 km avant la ville de Decin ; grande chambre, resto correct, jeux pour les enfants, il y a même une piscine, mais il fait trop froid pour se baigner !


De nouveau le long de la rivière Labé

Melnik – Litomerice : 53 km

Au plus haut de la petite ville de Melnik, un château qui surplombe la rivière Vtlava se jetant dans la rivière Labé. Entre les rivières et le château, des vignes, cultivées en planches, ça vaut la carte postale. Nous avons acheté une nouvelle carte pour notre itinéraire jusqu'à Dresde, en Tchèque malheureusement, nous perdons beaucoup d'explications.

Nous pédalons d'un trait jusqu'à Roundnice nad Labem qui devait être notre ville-étape, mais le camping est guère attirant,




pourtant, à proximité, une pizzeria au feu de bois. Nous hésitons, nous y prenons des glaces et des cafés, puis,vers 16h30 nous décidons de pédaler les 18 km qui nous séparent de Litomerice, ville vantée par notre guide Petit Futé.

A l'entrée de la ville, sur une presqu'île sans voiture, dans un grand parc, un camping, l'entrée est mal indiquée et nous avançons dans le Yacht Club attenant. Un petit kiosque vendant des bières, des sodas et des glaces comme il y en a partout en Rép. Tchèque, le patron nous explique que le camping est à côté, mais qu'il fait pension et est aussi d'accord pour que nous plantions la tente dans le club.

C'est parfait car : l'espace des tentes au camping était bien chargé et il y a beaucoup de jeux pour enfants à côté du kiosque. Nous plantons la tente au bord de l'eau, près des bateaux.

dimanche 18 août 2013

Les petits trains de la Rép. Tchèque



 
Prague – Melnik : 62 km
Nous quittons nos hôtes vers 9h30 pour gagner les rives de la rivière Vtlava qui traverse Prague. Au programme, longer la rivière jusqu'à Melnik où nous retrouverons la rivière Labé. Un quartier de Prague est bloqué à la circulation, le stationnement y est interdit... C'est le tournage d'un film qui se prépare, des voitures anciennes, des drapeaux de l'ère communistes, des équipes de tournage sont présents.
La piste cyclable, pour sortir de Prague est familiale, Titouane pédale seule, durant 11 km. Puis, nous retrouvons notre lieu de pique-nique de notre 1er dimanche en Rép Tchèque, nous avions contourné Prague par le nord. Amielle reconnais l'endroit : « c'est là où j'avais mangé une glace avec la forme d'une dent ! ».
Encore quelques km puis l'itinéraire devient difficile, puis trop étroit avec la remorque. Cela nous oblige à un détour par une petite route qui monte sévèrement alors que nous espérions longer tranquillement la rivière. Arrivés à Kralupy nad Labem, rebelote, il nous resterait 28 km le long de la Vtlava pour atteindre Melnik, notre objectif du jour, mais la piste est plutôt faite pour les VTT.
Aussi, nous décidons de prendre le train pour rejoindre la rivière Labé où nous pensons que les pistes cyclables seront de meilleure qualité. Nous montons dans un petit, très petit train puisqu'il n'a qu'un wagon, de campagne. Une bonne demi-heure de secousse plus tard, nous voici à Neratovice et, surprise, nos hôtes de Prague sont à la gare avec leurs vélos ; peut-être nous reverrons-nous avant notre décollage à la fin des vacances.
Une bonne douzaine de km plus tard, nous arrivons à Melnik, bien fatigués par cette longue journée, pas de panneau pour indiquer le camping, mais il existe bien et est agréable, beaucoup de places sous des pruniers chargés.

vendredi 16 août 2013

Prague

 Tynec nad Sazavou – Prague : 46 km

La routine du matin, petit déj', puis les filles jouent et nous plions la tente. Ce matin, notre route longe un torrent pour une grimpette en pente douce d'une dizaine de km. C'est en sous-bois, puis nous traversons des grands champs de blé pour aboutir dans la région de Prague. Pas d'épicerie dans plusieurs villages traversés, nous poursuivons et pique-niquons à 2 km d'une station terminus de métro.
 
Pour éviter de traverser toute l'agglomération, nous prenons le métro de la station Haje (au sud est de Prague) jusqu'à la gare centrale. Très pratique, les vélos peuvent aller dans les premiers et derniers wagons des métro sans supplément de prix. Nos hôtes, des warm shower, Sacha et Anastasia, habitent à quelques centaines de mètres de la gare.
Ils ont aménagé leur salon pour que nous puissions y dormir et y garer les vélos. Après la warm shower (douche chaude), nous sortons visiter la ville ; enfin une partie de la ville : le quartier Stare Mesto (vieille ville), en entrant par la « tour de la poudrière », grande tour gothique où était stockée la poudre. La place de la république, la maison communale,... et surtout la place Staromestské, très animée par de petits spectacles de rue, tous les bâtiments délimitant la place sont remarquables.
 
Les touristes s'arrêtent un peu plus longtemps face à l'horloge astronomique, dont le mécanisme, vieux de 6 siècles, actionne des personnages.
 
Copieux dîner (canard rôti accompagné de choucroute aux pommes et de gnocchis pour Fabrice)sur la terrasse d'un resto, dans une ruelle de la vieille ville. Promenade digestive, la déambulation dans ces ruelles est fort agréable, pour aboutir à un bon glacier. Nous croisons de nombreux touristes français et italiens, à croire qu'ils ne sortent pas de la capitale !

jeudi 15 août 2013

Nous ça va à Sazavou

Sedlcany – (proche de) Tynec nad Sazavou : 41 km
Nous quittons Sedlcany assez rapidement car il n'y a rien à visiter dans cette ville. Depuis le début du séjour, c'est bien la première fois ! Tous les jours nous avons été très agréablement surpris par les choses à voir et la beauté des paysages !
Nous pédalons sur des petites routes de campagnes qui montent et qui descendent légèrement.
Pause pique nique au stade de foot de Velklov, au cœur d'une très belle forêt. Titouane et Amielle commencent par un petit échauffement en faisant un tour du stade en courant,
puis s'amusent avec leurs poneys en plastique dans les cages de foot qui forment une cabane.
Nous arrivons ensuite à Tynec nad Sazavou où la dame de l'office de tourisme nous déconseille le camping, bondé d'après elle. Comme il y a une aire de camping naturelle à 2 kms, nous choisissons de continuer à pédaler. Mais nous ne trouverons jamais cette aire. Nous nous installons donc dans une aire de jeux dans un village. Il y a du sable, et les filles insistent pour que l'on plante la tente ici, trop contentes de pouvoir jouer avec le pot de yaourt d'1 kilo englouti la veille en deux coups de cuillères !
Nous surplombant la rivière Sazavou, le long de laquelle nous pédalerons demain en direction de Prague. Il y a une petite auberge avec des habitués à côtés : Apéro glace et bières, puis pâtes pendant les derniers rayons de soleil. La température diurne est idéale, mais nous nous attendons à une nuit très fraîche ! Enfin, les filles dorment toujours très bien sous la tente,quelque soit la température. A l'heure où j'écris, elles font la grasse mat alors que nous sommes réveillés depuis une bonne heure !
Souvent , Fantine se réveille en premier, et va réveiller ses deux sœurs, qui s'émerveillent devant elle !
Pour demain, j'ai réussi à contacter Sasha, un warm shower de retour d'un voyage en Iran qui va nous héberger dans son appartement, dans le centre de Prague. Nous espérons arriver assez vite.

mercredi 14 août 2013

Pension au bord du stade

Tabor – Sedlcany : 46 km

Le marché anime la place principale où nous achetons des tomates et des abricots. Après 2 km nous sommes sortis de la ville et sommes à la campagne. Des hectares de champs de blé, régulièrement nous croisons des tracteurs en action. Par deux fois nous hésitons à prendre un raccourci par rapport à l'itinéraire de la greenway Vienne-Prague. Mais nous poursuivons malgré les petits détours et les côtes supplémentaires car nous nous promenons au milieu d'agréables paysages.

Nous sommes trop bien habitués aux endroits remarquables ; en fin d'après-midi, notre ville-étape ne comporte aucun château, la place centrale n'est pas piétonne et nous n'avons ni camping, ni « adresse de charme ».

Une pension dans l'enceinte du stade de foot nous convient pourtant tout à fait. Céline et moi prenons une bière à la buvette tandis que Titouane explique les règles du foot à Amielle du haut du gradin. En plus il y a des buts, 6 à 1 !

Dans la cuisine de la pension (nous sommes les seuls clients, tout le bâtiment est pour nous) nous dînons de « Noky » (gnocchi) aux épinards et de saumon fumé. Au dessert un seau de yogourt à la Straciatella ! (1 kg acheté quelque minutes avant le repas dans un supermarché Billa).



mardi 13 août 2013

Lac à sec

Pluhuv Zdar – Tabor : 36 km

Ce matin, nous traînons un peu car les filles veulent rester dans le jardin de la pension, Amielle et Titouane ont colonisé le bac à sable ; les autres enfants sont déjà partis en ballade avec leurs parents. Itinéraire toujours sympa, moins de forêts mais plus de lacs, nous pique-niquons à Kosice, parce qu'il est 13h, il y a une « COOP » (supérettes que l'on trouve dans la plupart des villes et villages) et une aire de jeux où Titouane et Amielle retrouvent un bac à sable, mais aussi des poutres et autres tape-fesses !

Etape assez courte qui nous réserve une surprise à Tabor, mais pas celle à laquelle nous pensions ; normalement, à l'approche du centre ville, après une longue montée on aboutit tout à coup sur un lac artificiel. Mais, il est à sec pour entretien, il reste un vaste trou dans lequel travaillent des engins de chantier. Une promenade le surplombe, mais ça n'a plus tellement de charme !



Le centre historique rattrape le coup, rues pavées, façades décorées, grande place animée (mais pas trop tard quand même!). Nous dormons dans une pensions qui n'a que 3 chambres, la notre est une suite (3 lits plus canapés, coin cuisine...).

lundi 12 août 2013

20 km à jeun de bon matin

Dans la campagne non loin de Nova Bystrice - Pluhuv Zdar (46 kms)

Ce matin nous n'avons rien à manger pour le petit déj' à part quelques fruits secs restant dans la pochette guidon de Titouane! Nous décidons de plier la tente et d'aller au prochain village acheter de quoi prendre notre petit déj'.

Nous traversons d'immenses forêts très jolies, traversées par des pistes de ski de fond, mais aucun village, pendant plus de 20 kms! Dur dur de pédaler le ventre vide, d'autant plus qu'il y a des montées. J'ai tellement faim que je tente de manger une pomme ramassée sur des pommiers sauvages quelques jours avant. Mais c'est trop acide. Enfin, à 11h30, après 2 heures de pédalage intensif nous trouvons une pension ouverte, mais la cuisine est fermée. Nous demandons une corbeille de pain, et avons gardé en réserve des petites confitures et miel, que nous étalons en vitesse sur d'énormes tartines.

Fabrice commande un chocolat chaud, très bonne idée, car ici, nous sommes proche de l'Autriche, et les filles et moi sommes vertes de jalousie lorsque nous voyons un énorme chocolat viennois chantilly arriver!

Du coup, Titouane et Amielle décident de commander des glaces...

Nous repartons direction Jindrichuv Hradec où nous pique-niquons au bord du lac danc une plage qui semble privée, mais on ne nous demande pas de payer... Baignade, et bon café.

Après deux heures de pédalage le long de notre "green way" (nom de la véloroute Vienne – Prague), nous arrivons dans un petit village avec un beau petit château et église, et une pension dans un ancien corps de ferme, avec un immense terrain de jeux pour les enfants. Je (Céline) vais demander aux propriétaires s'il est possible de planter la tente. Ils sont d'accord.

Youpi, tout le monde est ravi, les filles jouent, nous buvons de bonnes bières (1 euro la pinte!!) et dégustons avec grand plaisir des pizzas. Pour terminer, seconde glace de la journée, et bon dodo sous la tente. L'endroit est vraiment chouette!





dimanche 11 août 2013

Souterrains de Slavonice

Slavonice – dans la campagne non loin de Nova Bystrice : 36 km

Dans plusieurs villes traversées, était proposé de visiter les tunnels souterrains. Il s'agit de cave reliées entre elles par d'étroits corridors, avec un système d'évacuation des eaux. A Slavonice, depuis plusieurs siècles, ces souterrains étaient abandonnés remplis d'eau, oubliés. Dans les années 90, à l'initiative d'un professeur d'histoire, des tunnels ont été exploré, mis hors d'eau par un nouveau système d'évacuation et, désormais ouverts à la visite. Avec Titouane et Amielle, nous chaussons des bottes et des combinaisons et suivons le guide sous la place principale du village, par des passages larges de 50 cm et haut d'1,50 m, gare aux claustrophobes !

20 à 30 cm d'eau s'écoulent sous nos pas, les galeries ont été entièrement creusées à la main, c'est à dire sans explosif.

Retour sur terre et peut-être notre dernière étape de « montagne », soit des cols à plus de 500 m d'altitude. Les côtes ne font jamais plus de 300 à 400 m mais leur succession « casse les pattes », surtout quand le vent souffle de face, j'ai l'impression que la carriole est un parachute !

Toutefois, le parcours est encore remarquable, nous traversons de sombres forêts de sapins, de-ci de-là des étangs ou des petits lacs artificiels. Nous pique-niquons au bord de l'un d'eux aménagé pour la baignade. La météo est désormais idéale, assez douce pour se baigner, pas trop chaude pour pédaler.

Nous sommes sur l'itinéraire Vienne-Prague, bien balisé, empruntant des pistes ou routes secondaires avec peu de circulation.

A Nova Bystrice, pas de camping, une pension nous dit qu'il faut prendre 2 chambres,car nous sommes 5. Nous continuons 2 ou 3 km, 2 autres pensions, complètes, ne nous proposent pas de camper dans leur jardin. Alors nous campons dans un champ, où se baladent quelques lapins.



samedi 10 août 2013

De château en château

Vranov nad Dyji – Slavonice : 52 km

Du jardin de la pension, où nous prenons notre petit déjeuner à proximité de notre tente, nous avons une très jolie vue sur le château de Vranov. Il est majestueux, mais très haut perché, et comme nous avons déjà vu quelques dizaines de châteaux depuis notre arrivée en Rép. Tchèque, nous ne sommes pas motivés pour y grimper, le panorama nous suffit.

Les 3 filles jouent pendant que nous plions la tente, c'est classique, elles s'amusent à reproduire le château, dans le bac à sable.

La propriétaire de la pension nous demande nos « passaporte »,et ceux des filles pour noter avec précision les numéros, adresses, dates de naissance de chacun de nous. Elle nous demanderait nos empreintes digitales, cela ne nous étonnerait pas ! Sans doute des reliquats du communisme où l'on devait noter précisément les passages des étrangers. La salle de bain est également de l'époque communiste, sans fioritures mais très fonctionnel et très propre !

Notre étape débute par une côte, un coup d’œil à l'imposant barrage et nous continuons en direction de Bitov et son château (un de plus!), nous continuons jusqu'à un petit village, qui a eu la bonne idée d'aménager un étang pour s'y baigner. Aujourd'hui il fait froid (25°...) c'est samedi et ce petit coin de campagne est désert.

Après cette pause pique-nique, il nous reste encore près de 30 km vallonnés pour atteindre Slavonice. Nous sommes proches de la frontière avec l’Autriche, dans les champs de blé, à intervalles réguliers, la végétation recouvre des blockhaus. Ils protégeaient la Tchécoslovaquie d'une invasion des impérialistes capitalistes. Finalement, le capitalisme a envahi le pays, mais sans les tanks.

Il y aurait près de 7000 blockhaus en Rép. Tchèque, la plupart restent, inutiles, au milieu des champs. L'étape est longue car le vent, souvent de face nous ralentit. Nous changeons de région, quittant la Moravie du sud en direction de la Bohème du sud, et aboutissons vers 18h30 à Slavonice. Ce village d'environ 3000 habitants, visités par les touristes autrichiens et de nombreux VTTistes, était dans une zone sensible pendant la guerre froide. L'activité se concentre sur une très chouette place centrale où nous prenons une chambre d'hôtel très bon marché.

Pizza, glace et retour à l'hôtel avant 22h. La Rép. Tchèque est une destination idéale pour le VTT, nous en croisons une multitude, les chemins sont nombreux et bien balisés, et, régulièrement des petits bars invitent les clients sur des « cycloterrasa » à boire des bières ou des sodas. Par contre, l'animation nocturne est inexistante, ce qui nous convient bien, les nuits ont toujours été très calmes !