vendredi 20 décembre 2013

Chalet rose

Puktien – Cha am/Hua Hin

 43 km

Petit déj' sur la terrasse de notre bungalow, la météo, très douce depuis le lendemain de notre arrivée est idéale. La nuit nous dormons sans clim ni ventilation, le soir nous sortons en pantalon et manche longue tandis que la journée le soleil chauffe suffisamment pour apprécier la baignade.


 




Nous terminons la « scenic route » en arrivant à Cha am, ville sans grand charme, mais doté de plusieurs kilomètres de plage. Tout au long de la plage, des transats sous parasols, pas un mètre sans cette variété de plage privée (nous paierons 1,5 euros l'occupation d'une table et ses 6 chaises longues).


Quelques bruyants scooters des mers finissent par nous indiquer que nous n'allons apprécier que modérément cette partie de la côte. Vers 16h, nous reprenons notre route, en voulant éviter une autoroute (que les Thaïlandais empruntent toutefois en scooter, vélos, engins de vente ambulante... souvent à contresens sûrement pour faire plus court), nous nous retrouvons régulièrement dans des impasses. Nous pédalons aussi entre de grands complexes hôteliers très chics, ou en construction, bientôt il n'y aura plus, par ici, qu'une autoroute, des hôtels de luxe et des bidonvilles où vivent les employés des hôtels. 

La nuit va tomber, nous sommes à mi-chemin entre Cha am et Hua Hin, nous ne voulons pas aller dans un novotel, ni pédaller en pleine nuit sur l'autoroute. Nous suivons un panneau qui indique des hébergements plus modestes et arrivons dans un espace constitué d'une dizaine de petits « chalets » tout roses, tout neufs. Des poissons et des étoiles de mer sur le carrelage brillant de propreté. Des roses et des « LOVE » sur les draps, des coquelicots sur les oreillers...Très kitch ! Les filles adorent !

C'est parfait pour la nuit. Je vais acheter à manger dans un restaurant de plein air au bord de « l'autoroute » : riz, crevettes, légumes frits et salade de mangue verte (bien que green mango n'existe pas sur le dictionnaire anglais-français sur le net). La cuisinière avait bien dit « no spicy », heureusement !

Une parole d'Amielle nous ayant fait bien rire aujourd'hui : « Quand on fait du vélo, c'est pas comme en voiture, on n'a pas besoin d'ouvrir la fenêtre pour avoir de l'air. » !

Nous avons vu des poubelles fabriquées avec des pneus.

1 commentaire:

  1. ça à l'air de très bien commencer ce Noël au pays du soleil levant ! Joyeux Noël à vous tous ! et ...bonne pédale !

    NB: ici c'est la mousson bretonne (la rouge) qui sévit ! je nettoye le bureau et je file enfiler mon costume de père Noêl (vert cette année).

    RépondreSupprimer