jeudi 31 juillet 2014

Pique nique sur la plage...

Kilberry – Lochgilphead
30 km
Après une bonne nuit de sommeil bercée par le bruit des vagues, nous reprenons notre itinéraire sur une étroite route : une seule voie mais des espaces de croisement tous les 200 ou 300 m environ. Nous longeons le bord du loch et comme le soleil est de la partie, pique-niquons sur une plage de sable, seule une ferme et quelques moutons en vue.
Les paysages sauvages sont magnifiques sous ce grand soleil tant attendu.

Nous bouclons le tour de la presqu'île par une montée longue et régulière puis une descente vers Lochgilphead, petite ville où débute le canal de Crinan que nous longerons demain. Au camping, les filles s'amusent aux jeux mais ont du mal à rentrer en contact avec quelques enfants écossais qui aimeraient bien participer.

Céline discute avec un couple de cyclotouristes belges qui sont sur la fin de leur tour d’Écosse à vélo. Ils nous renseignent sur les itinéraires trop montagneux pour nos attelages.

mercredi 30 juillet 2014

Encore de la montagne !

Tighnabruaich – Kilbery
36 km

Désagréable découverte ce matin, il y a un trou dans notre tente. Difficile de savoir à quoi il est dû. La tente a une déchirure en forme de T sur 5 cm environ. Pendant que nous prenons notre petit déj', nous apercevons un couple de cyclotouristes, nous en croisons régulièrement. Les filles ont la bonne idée de commencer cette étape de montagne par un petit échauffement en faisant un tour du stade, et quelques étirements. Le tout sous la pluie, mais c'est comme si de rien était !



 Après quelques km nous conversons avec un écossais qui est revenu d'un périple jusqu'en Chine il y a 2 mois : 10 000 kms en un an. Il nous prend en photo pour montrer à sa fiancée qu'il est possible de partir en itinérance en vélo avec des enfants.
 











Après une petite grimpette, nous descendons jusqu'à Portavadie et prenons le ferry pour Tabert. Il pleut (pour information, à partir de maintenant, lorsque nous ne précisons pas la météo, c'est qu'il pleut, ce sera plus court). Nous décidons de manger un traditionnel fish and chips dans un pub dans lequel nous retrouvons notre tour du mondiste à vélo. Une partie de billard, une pinte, et nous voilà repartis pour plusieurs grimpettes. Les paysages sont magnifiques, nous sommes sur une presqu'île quasi déserte. Nous devons en faire le tour (environ 50 kms).
Nous nous arrêtons à mi chemin, au camping « Port Ban », très isolé. Il est tard, et nous sommes épuisés. Les filles profitent un instant de la soirée chamalow grillés / feu de camp sur la plage, avant de s'endormir profondément. demain, nous finirons le tour de cette presqu'île, et nous nous attendons à de nouvelles grimpettes !

mardi 29 juillet 2014

Difficile étape de montagne!

Dunoon - Tighnabruaich
36 km

Au bout de quelques km de route, Titouane demande pourquoi nous n'avons pas fait l'itinéraire en sens inverse pour n'avoir que des descentes... Sous un crachin continu, nous mettons une première fois pied à terre quand un panneau annonce une côte à 12%! Beaucoup de grimpettes, pas de villages pour faire de pause A plusieurs reprises, nous sommes contraints de pousser nos vélos. Cela n'empêche pas Amielle et Fantine de faire la sieste dans la carriole. Titouane m'aide à pousser mon vélo, nous sommes trempés. J'admire son courage et sa ténacité. Pour faire « diversion », nous discutons de l'école, de son anniversaire et de ses copines. Nous arrivons en milieu d'après-midi à Tighnabruaich, bien fatigués et décidons d'y passer la nuit. Nous plantons la tente sur une aire de jeux, avec une magnifique vue sur le fjord, à côté d'un terrain de Shinty, une sorte de hockey sur gazon. En fin d'après-midi, deux équipes viennent jouer sur le terrain qui penche vers la mer. C'est spectaculaire et certains joueurs (les défenseurs) portent des casques.
L'endroit est magnifique mais nous découvrons nos premiers megees, les redoutables insectes volant minuscules qui se mettent dans le coin des yeux, les narines et les oreilles, et qui piquent...L'occasion rêvée pour inaugurer nos moustiquaires faciales. Très efficaces, et très « fashion » !

Auparavant, nous avons traversé le charmant village au nom imprononçable de Tighnabruaich, où des personnages, fabriqués comme des épouvantails, décorent les ruelles. Notre préféré est un facteur à grosse barbe caché derrière une boîte aux lettres rouge.

Nous dînons dans un pub, aux murs tapissés de photos de l'équipe locale de Shinty. La patronne, anglaise, nous explique que c'était son rêve d'ouvrir un hôtel restaurant en Écosse. Les chambres doivent avoir une très jolie vue sur le fjord. Le serveur est Tchèque, très content quand nous lui disons bonjour et merci en tchèque. Nous discutons également avec une famille anglaise qui a loué un bateau pour naviguer sur les fjords. Contre le mal de mer ? Ils prennent tous les jours des tablettes !





lundi 28 juillet 2014

Pas de bateau, + de vélo!

Balloch - Dunoon 43 kms

Ce matin la pluie s'est arrêtée et nous croyons apercevoir des rayons de soleil à travers la toile de tente. Les filles, comme d'habitude, ont super bien dormi! De notre côté, le froid et l'humidité nous ont réveillé à plusieurs reprises. En m'endormant, je pense au conseil d'un ami randonneur : psychologiquement, il est toujours bon de savoir que en cas de grand froid, nous avons une veste supplémentaire en réserve. Du coup, je n'ose pas mettre ma seconde polaire, je la garde "en réserve". Résultat : je me pèle tout la nuit, alors que je dors avec tous mes vêtements sur moi.

Nous nous réveillons plus tard que le groupe de jeunes espagnols, c'est signe que nous avons tout de même mieux dormi qu'eux. Nous assistons à un très beau lever de soleil, qui nous redonne du courage. Petit déjeuner face au Loch Lomond. Du bon beurre de cacahouètes et des bananes pour nous donner des forces pour une étape de montagne.
Les filles profitent des jeux et jouent aux cartes tandis que nous faisons sécher nos affaires au soleil.
Une fois que tout est sec nous rembalons tout, et enfourchons nos vélos pour quitter le bord du loch et traverser quelques collines jusqu'à Helensburgh. Pour motiver les filles, nous leurs annonçons que nous allons prendre deux bâteaux aujourd'hui. Le temps est magnifique, et cela nous réconforte bien. Titouane pédale avec de plus en plus de force, ce qui m'aide beaucoup dans les montées. Par contre Fabrice se rend compte qu'il est très chargé, et a un peu plus de mal!
Arrivés à Helensburgh, à l'embarcadère de notre premier ferry, nous découvrons que ce dernier n'existe plus! La crise est passée par là, cela revenait trop cher à la collectivité. Alors que nous devions traverser un fjord en 5 min de ferry (l'autre rive semble si proche!), nous devons faire tout le tour du fjord en vélo. Il fait beau, donc nous le prenons bien : ce sera l'occasion de découvrir "le fond" du fjord. En consultant google map, la dame de l'office du tourisme dit à Fabrice que c'est tout plat, et que nous devrions en avoir pour 1h30. En fait, nous pédalerons 2h30, et gravirons de belles côtes : j'ai la réponse à une des questions que je me posais : google map ne prend pas en compte les dénivelés.

Pause pique nique dans un joli parc au bord de l'eau avant d'attaquer le "supplément non prévu initialement". Au bout d'1heure, au détour d'une conversation, Fabrice m'annonce que la dame de l'office du tourisme lui a aussi dit que nous aurions pu prendre le bus avec nos vélos. Mais il fait beau, donc il ne me l'avait pas proposé, le coquin! Les filles nous demandent "c'est quand qu'on prend le bateau?!"
Amielle a pris la place de Titouane derrière moi, et elle pédale très peu. Au bout de 2 heures, Fabrice m'annonce que le second ferry que nous devons prendre part dans 20 minutes, et c'est le dernier de la journée. Nous mettons le turbo, et arrivés à l'embarcadère, Fabrice se rend compte qu'il s'était trompé d'heure, nous étions à l'heure française, donc on avait encore une bonne heure devant nous. Le farceur!
Nous prenons ce petit ferry pour les piétons, puis un autre plus important.
Arrivés à Dunoon, nous longeons le bord du fjord, les paysages sont très jolis, et il fait encore grand soleil malgré l'heure tardive. Nous décidons de planter notre tente vers 20h, à la sortie de la ville, dans une magnifique aire de jeux financée par l'Europe, avec une tyrolienne!
Cette fois-ci, la tente est plantée très rapidement (j'ai réfléchi pendant toute la nuit dernière à la façon dont il fallait s'y prendre pour monter le tipi).
Nous trouvons des bières fraiches dans la petite épicerie du village. Lors de notre repas, une dame faisant promener son chien s'inquiète que nous soyons délogés par les policiers. Elle nous invite à dormir chez elle, mais notre tente est déjà bien plantée, hors de question de l'enlever! Nous prenons ses coordonnées pour lui faire plaisir, et au cas où... 10 minute après, un monsieur s'inquiète que nous soyons réveillés tôt demain matin par les footballeurs du petit stade à côté duquel nous avons planté la tente, il nous indique un autre endroit où nous serions plus tranquilles.
Nous verrons bien, en tout cas nous sommes dans un super endroit, au pied de l'eau, avec une superbe vue sur le fjord!





dimanche 27 juillet 2014

14m² habitables



Petit déj' avec Myriam. Nous avons mis le réveil car Myriam part faire une sortie vélo ce matin. Nous prenons le temps de discuter et de passer un bon moment autour d'un excellent petit déjeuner avec des tartines de nutella ! Myriam est très sympa et les filles l'apprécient beaucoup. Bonne nouvelle, Céline a retrouvé les cartes que nous pensions avoir oubliées. Dehors, temps écossais, une pluie très fine, intermittente. Nous ne regrettons pas notre achat de dernière minute : un pantalon kway pour Titouane. Nous sortons de Glasgow facilement, malgré quelques routes et chemins coupés par le marathon. La signalisation pour les vélos est de très bonne qualité.

Nous traversons des zones industrielles et portuaires, le long de la rivière Clyde puis bifurquons en direction du Loch Lomond. Lors d'une éclaircie, nous pique-niquons à Bowling, mais c'est bref, quelques gouttes encore et nous pédalons d'un trait jusqu'à Baloch, première ville au bord du Loch. La pluie s'intensifie, nous en profitons pour nous attabler dans un restaurant/salon de thé pour déguster apple pie, tofee et fudge chocolate. Excellent ! Le gros de l'averse est passé, nous repartons car nous avons hâte d'essayer notre tente. Après quelques hésitations sur le lieu, nous plantons notre tipi au bord du loch, sous les yeux ébahis des gens en train de gouter, à l'abri dans leurs voitures. Nous voulons faire vite pour éviter qu'il se mouille, mais du coup, nous mettons beaucoup de temps à le positionner bien droit. Nous sommes trempés, mais cela amuse beaucoup les filles. C'est la panique ! Fabrice est obligé d'éponger le tapis de sol qui est trempé car nous l'avions positionné avant de comprendre comment il fallait monter le tipi, grave erreur !

Ça y est, les filles s'amusent dans leur chambre (une moustiquaire peut séparer en deux l'espace intérieur), nous pouvons nous tenir debout, nous mouvoir sans se bousculer, bref, c'est un palace ! Dîner (riz à l'omelette de l'oncle Ben's pas terrible) et le ciel se dégage franchement. Les gens sortent de leurs camping cars garés non loin de notre tente, et plusieurs nous complimentent sur la tente... C'est vrai qu'avec son mat de 3 mètre 10, c'est assez impressionnant !
Tisane au soleil vers quasiment 22h, les jours sont longs en ce moment en Écosse et 1ère nuit sous le tipi. Les filles s'endorment en deux secondes.

samedi 26 juillet 2014

Nuit et Journée TrainS !

Hier soir vers 20h, un texto de la SNCF, notre train de nuit, qui part 2 heures plus tard, est supprimé. Un car de remplacement est mis en place, avec nos trois vélos et notre carriole nous appréhendons la disponibilité dans la soute à bagages. Mais arrivés à la gare de Pau, notre train circule, c'était une erreur ; il y avait bien eu un accident d'un TGV, vers Bordeaux, perturbant le trafic dans le sud ouest... Toutefois, notre train arriva avec 50 mn de retard, chargement des vélos, nos couchettes à proximité, dans notre compartiment, un jeune homme qui venait de faire Rouen – Hendaye par la vélodyssée (Eurovéloroute n°1) qui longe la côte atlantique.




Ce matin nous nous réveillons quasiment en gare d'Austerlitz. C'est agréable de pédaler dans Paris à 8h du matin, c'est calme, il fait doux. Aussi, nous petit déjeunons à proximité du canal Saint-Martin, dans une aire de jeux pour enfants.

Quelques coups de pédales et nous arrivons à la gare du Nord. Enregistrement de nos vélos et de la carriole, le transport du vélo de Titouane ne nous est pas facturé. Quelques courses, puis passage des douanes, et nous voilà dans l'Eurostar qui traverse la Manche en une vingtaine de minutes. Titouane demande si nous allons voir des poissons par la fenêtre du train.
Pas le temps de flâner dans Londres, nous arrivons gare Saint Pancras, récupérons nos vélos et pédalons 5 mn jusqu'à la gare d'Euston. Nous embarquons nos vélos et nous voilà partis dans un train « Virgin » (les lignes ferroviaires sont privatisées et plusieurs compagnies se les partagent).

Glasgow à 21h (heure locale = moins une heure qu'en France) est en effervescence : ce sont les jeux du Commonwealth, 4000 athlètes sur les stades et des milliers de (télé)spectateurs dans les pubs, le soir venu. Une petite grimpette jusqu'au canal, très jolie promenade au soleil couchant, nous tâtonnons un peu pour trouver notre hôte, Myriam, espagnole travaillant dans la recherche contre le cancer à Glasgow. Nous arrivons vers 22h30 chez elle.

Son accueil est très souriant. Elle nous présente son chat Bambou. Nous installons les tapis de sol pour les filles dans la chambre de Myriam. Myriam dormira dans son canapé, et nous laissera son lit !
Elle nous apprend qu'avec son compagnon, Will (qui n'est pas présent ce soir), elle partira en vacance dans les Alpes Maritimes en septembre, avec leur VTT. Ils sont sportifs et pratiquent tous les deux le triathlon. Une excellente bière dans l'estomac et nous dormons rapidement.

vendredi 25 juillet 2014

Demain c'est l'Ecosse!

 Depuis quelques jours, chaque soir, nous préparons nos bagages, bicyclettes et carriole pour les vacances. Notre destination de l'été: l'Ecosse; mais pourquoi l'Ecosse? Céline ayant commencé un nouveau travail début mai, nous n'avons pu définir nos dates de congés que récemment, ce qui a éliminé toutes les destinations lointaines, les billets d'avion étant très chers en pleine saison estivale.
Alors quel nouveau pays explorer, les pays méditerranéens (Italie, Espagne, Portugal, Grèce...) sont trop dangereux pour les cyclotouristes en été, trop de trafic, pas assez de voies aménagées. Nous avons longtemps hésité entre les Pays Baltes, la Pologne ou la Roumanie... et petit à petit, à la lecture de forums de cyclo, au vu de la logistique et au côté "aventure en toute sécurité", l'Ecosse s'est imposée. La lecture d'Astérix chez les Pictes a conforté notre choix!
 
Nous rejoindrons l'Ecosse en train et à nous les châteaux, lancer de tronc, kilts, loch, whisky et autres vaches à longs poils!


mardi 1 juillet 2014

La famille cyclotouriste interviewée par RADIO LARZAC !

C'est au cours du festival du livre perché, en Aveyron, dans notre petit village préféré (Mostuéjouls), que la famille cyclotouriste a été interviewée par les journalistes de Radio Larzac.

 

Titouane, Amielle, Fantine et Céline ont eu le plaisir de raconter leurs aventures dans la caravane de Radio Larzac, transformée en studio d'enregistrement!

Pour écouter l'interview, cliquez ici : interview famille cyclotouriste

Au cours de ce festival, nous avons aussi projeté un diaporama et un mini film sur nos voyages en vélo, et échangé avec le public...

Pour visualiser le mini film, cliquez ici :  film

Dernières nouvelles :
- Nous préparons un nouveau voyage...
- Nous allons commander une tente 4 étoiles, famille nombreuse, qui va nous permettre de doubler notre espace vital pendant nos périples. Après des mois et des mois de recherche, nous avons trouvé de très bons conseils auprès de Franck, du magasin en ligne Arklight. Franck est un spécialiste de la MUL (Marche Ultra Légère), passionné et très sympathique ! Nous nous orientons vers un tipi WickiUp 6 SUL. La hauteur de son mat central est impressionnante : 3m10! Nous vous en dirons plus dans quelques semaines...