mardi 12 août 2014

Encore quelques montées pour le plaisir !

Dunfermline – Perth

52 km

Linda nous a préparé un bon petit déj « continental » qu'elle nous sert dans sa superbe cuisine ikea.
Après avoir mangé toute la réserve de pain de notre hôte pour le petit déjeuner, nous repartons sous un « good scottish weather ! », traduction : un crachin breton qui ne nous quittera pas de la journée. A la question « quelle est la météo du jour ? », les écossais nous répondent toujours par « not too bad »  ( traduction : pas trop mauvais). Nous hésitons à emprunter une route nationale relativement plane et avec un trafic modéré, plutôt que l'itinéraire cyclable prévu qui comporte plus de dénivelé. Finalement nous optons pour l'itinéraire cyclable n°1 jusqu'à Kinross. L'itinéraire est sympa, dans la campagne, ça grimpe sec, mais avec l'entraînement, et grâce à la brise qui nous pousse, nous ne mettons quasiment pas pied à terre.

Grande descente pour Kinross, au bord du loch leven. Au milieu du loch, un îlot sur lequel se dressent les ruines d'un château où fut emprisonnée Marie Stuart, reine d'Ecosse, pendant une année. Avant de faire une partie du tour du loch, nous déjeunons dans un endroit insolite : un salon de thé/cafeteria au sein d'une usine de production de vêtements en laine écossaise. La cafét' jouxte le magasin d'usine. Les habits proposés sont un peu ringards, il y a un pull qui me plaît : 125 pound (plus de 150 euros) trop cher pour le souvenir ! Nous déjeunons de « soup of the day » (tomate/basilic ou carotte/citron/gingembre) et de croque-monsieur.

De nouveau sur nos bicyclettes, nous repartons par une chouette balade autour du loch leven, puis de nouveau la campagne écossaise et des collines à gravir pour se rapprocher de Perth. Les derniers miles sont difficiles avant d'arriver en fin d'après-midi chez de nouveaux hôtes du réseau warmshower. Steve et Mélanie ont été très réactifs : nous les avions sollicités la veille. Encore une fois, nous abandonnons notre tipi, pour un hébergement en dur. Au delà de l'intérêt de dormir bien au sec et au chaud, nous apprécions les rencontres avec des warmshowers : l'occasion de pratiquer l'anglais, de discuter de nos aventures cyclotouristiques, et d'être « en immersion » dans la culture écossaise. Les filles sont enchantées et curieuses de rencontrer de nouvelles personnes.
Nous sommes accueillis dans un joli petit appartement du centre ville par Steve et le chat Coco. Melanie est partie faire un footing.
Steve nous explique que Coco est un chat qui a certainement vécu un traumatisme étant plus jeune : il a peur de tout, même des souris. Cela surprend les filles qui essayent de l'apprivoiser.
Steve et Melanie sont très sportifs : nous discutons de cols alpins et pyrénéens. Melanie a fait, entre autres, le Mont Ventoux, et cette année, ils étaient présents au départ du tour de France en Angleterre.
Nous partons dîner dans un restaurant français : le « Breizh » qui propose un choix de galettes... et de pizzas ! Aux murs, des photos de Brigitte Bardot, Serge Gainsbourg, Jean Gabin, J-P Belmondo... L'ancien patron était français, mais le restaurant a été racheté par un Tchèque, si bien que personne n'y parle français même si toutes les serveuses sont habillées d'une marinière !
Nous passons une excellente soirée. Encore une fois, ce couple nous dit être surpris de voir que ce type de voyage est possible avec des enfants en bas âge.
Au delà de notre passion commune pour le vélo, le couple travaille sur des projets de développement local, et des projets européens, comme Céline.
Nous dormons nous 5 dans leur salon. Il y a deux canapés trop petits pour des adultes. Nous décidons de les laisser pour Titouane et Amielle. Ce qui nous vaudra une remarque très pertinente de Titouane avant de s'endormir : « Ah, pour une fois c'est nous qui dormons sur les lits moelleux et vous sur les tapis de sol ! ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire