vendredi 1 août 2014

Nuitée dans le parc du château

Lochgilphead – château de Carnassery
23 km

Après avoir acheté du scotch américain pour la tente, les filles profité des jeux du camping, nous pédalons le long du canal de Crinan. Il fait très beau, et la piste cyclable longeant le canal est très agréable, toute plate (enfin!). Nous croisons le dernier bateau à vapeur en fonctionnement du Royaume Uni. Nous nous arrêtons discuter avec le capitaine, alors qu'il est en train de passer une écluse. Pour faire plaisir aux filles, le capitaine nous fait sonner la cheminée, c'est impressionnant ! L'équipage est très sympathique. Nous les aidons à pousser les portes de l'écluse.
Les petites maisons d'éclusier sont toutes blanches et très fleuries. Une table de pique nique nous tend les bras, au soleil. Nous prenons notre temps : il s'agit d'une « étape de récupération » me précise Fabrice. Très bien ! Depuis la table de pique nique, nous voyons de vaches à long poil les pâtes dans l'eau d'un loch. Il doit faire trop chaud pour elles ! En tout cas, pour nous, malgré le grand soleil, nous n'avons toujours pas inauguré nos maillots de bain !
Nous quittons le canal en direction de Kilmartin, petit bourg dans lequel nous nous payons le luxe d'une glace, et oui, aujourd'hui tout est permis !
Nous décidons de continuer 3 kms plus loin pour planter notre tente au château de Carnassery. En route, nous croisons un cyclotouriste écossais qui nous dit qu'il doit certainement y avoir une belle pelouse autour du château pour planter la tente. Nous suivons ses conseils. Après un petit embouteillage de vaches, nous arrivons au château.
Le château est en ruine, mais on peut le visiter librement, il y a quelques indications sur les différentes pièces, et on peut monter dans la tour. Les filles sont ravies, ça a un côté un peu fantastique. Un grand rectangle de pelouse bien coupée au pied du château, tout plat : nous nous installons rapidement car il est déjà tard. Le soleil se couche vers 22 h, ce qui nous permet d'avoir de longues journées.
Céline va demander de l'eau à la ferme d'en face. Elle lui demande confirmation que nous avons bien le droit de planter la tente dans le jardin du château. Elle me dit que cela ne pose aucun soucis, par contre « You might see the ghost ! » (vous verrez peut être le fantôme) me dit-elle d'un air maléfique...Elle me rassure en me disant qu'elle ne l'a jamais vu en 60 ans de voisinage. Ouf.
Je raconte ça aux filles, qui, me disent elles, d'un air pas trop rassuré, ne croient pas aux fantômes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire