lundi 28 septembre 2015

On parle de nous...

Voici un chouette article sur nos voyages, paru dans le journal SPORTLAND. Attention, il y a une petite coquille : le premier voyage de Titouane c'était à 8 mois et pas à 8 ans, évidemment...! Sinon, l'article nous plait beaucoup, merci à son auteur ; )
Allez, vivement un nouveau voyage à vélo...
Cliquez sur l'article pour l'agrandir... 



Petit retour technique sur le tandem bike friday

Allez, les vacances sont finies, le rush de la rentrée est terminé, on refait surface petit à petit. C'est donc (enfin!) le moment de faire un petit retour technique sur notre tandem bike friday...

A l'occasion de mes 40 ans (Céline), nos amis et familles se sont cotisés pour nous offrir un tandem mixte, c'est à dire adulte / enfant (MERCI!!!).
Après avoir fait de longues recherches sur les différents modèles (assez rares!), nous avions au départ hésité entre un pino hase et un salamandre, puis entre un pino hase et un bike friday, puis entre un bike friday et un circe helios.
Nous avons échangé avec deux utilisateurs de tandems bike friday en France : Simon et Monsieur Ringuet. Ces deux personnes nous ont longuement conseillés (Un grand merci à toutes deux!!). Nous avons même essayé le tandem de Monsieur Ringuet à Albi, ce qui nous a convaincu.

En recherchant sur internet, nous sommes tombés sur une occasion d'un tandem bike friday.
Ce tandem, neuf, nous aurait coûté 4500 euros. Le modèle que nous avons acheté d'occasion nous a coûté 10 fois moins cher (450 euros). Malgré son âge avancé (20 ans), nous l'avons équipé avec des supers accessoires, pour l'adapter à la randonnée et le rendre parfaitement confortable.
Pour l'achat des accessoires, nos deux experts techniques nous ont aussi bien aidés. Car si nous savons pédaler, nous sommes nuls en mécanique. Cela a été un peu compliqué, car les accessoires spécifiques à ce tandem sont fabriqués aux Etats Unis, dans l'Oregon. Les frais de port sont très élevés ! Nous avons donc essayé de trouver du « local » qui puisse s'adapter sur le bike friday.

Après 1000 kms parcourus, on est super contents de notre nouvel engin ! Il est super léger (aussi léger qu'un vélo normal, et donc beaucoup plus léger que mon vélo équipé du follow me et du vélo de Titouane). Du coup je vais plus vite que Fabrice, et avec le compteur, les filles sont hyper motivées !! Fantine peut même pédaler aussi, mais dans cette configuration, Fabrice doit porter Titouane et Amielle dans la cariole, ça fait un peu lourd pour lui .
Les roues 20 pouces : on ne s'en rend plus compte, on a l'impression de rouler comme sur un vélo ordinaire.
Il est beaucoup plus facilement maniable que mon ancien vélo équipé du follow me.
Titouane appréhendait un peu : le fait de ne plus pouvoir changer les vitesses et diriger son vélo, mais finalement, elle est très contente avec tous les équipements qu'on lui a installés sur son guidon.
Le pliage / démontage est relativement simple, et une fois démonté (en 2 morceaux), il rentre facilement dans un carton vélo pour l'avion. Le nouveau modèle se plie en 3 morceaux et rentre dans deux valises. Notre vieux modèle se plie uniquement en deux, donc on le fait passer comme un bagage vélo.

Petit retour sur les équipements achetés :

1 garde boue décathlon (20 euros) : convient parfaitement au bike friday, et beaucoup moins cher que le modèle « bike fraiday » .

1 frein avant à tirage lateral (et donc une nouvelle roue). C'est le seul équipement que nous avons fait monter par un vélociste (90 euros le tout). Le frein tambour original faisait un drôle de bruit. Malgré son efficacité, nous n'avons pas voulu prendre de risque. Nous avons donc opté pour un frein à patins (pièces détachées que l'on trouve plus facilement dans n'importe quel pays, alors que le frein tambour est beaucoup plus rare). Ce frein est à tirage lateral car le cadre n'est pas équipé de pâtes de fixation pour les patins. Il freine toutefois moins bien que le frein tambour. Mais les pays baltes sont plats, donc pour l'instant pas besoin de plus. Nous rajouterons peut être un frein à disque plus tard.

Deux bidons (10 euros l'un) de la marque Camelbak Podium. Ces bidons sont super : aucune fuite !

Deux paires de pédales amovibles MKB (45 euros la paire): c'est super pratique à démonter et remonter, notamment pour le transport en avion.

Côté capitaine :

1 selle italia lady gel flow (60 euros) : En cuir, elle me semble un peu dur pour l'instant, mais elle devrait se ramolir (enfin j'espère) bientôt.

Des poignées ERGON GP1 (20 euros) : Poignées ergonomiques super confortables pour éviter les fourmillement. Par contre, je regrette de ne pas avoir pris le modèle avec des cornes, car mes cornes ne se fixent pas dessus.

Une saccoche guidon ORTLIEB (Ultimate plus) : Super grande, étanche, le luxe !

Côté Stocker (Titouane ou Amielle se relaie à cette place) :

Des manivelles SINZ de 145 mm (40 euros), pour remplacer celles de 170 mm. Adaptée à la taille des filles. Il a fallu mettre des rondelles entre les deux dents car l'épaisseur des branches des étoiles était inférieure à celles des manivelles d'origine, donc les deux chaînes frottaient.

Un compteur (15 euros) sans fil, que j'ai installé pour que les filles puissent suivre la vitesse et l'avancée du parcours. Et ça c'est vraiment top ! Ça les motive à fond. Le matin, on leur donne le kilométrage prévu, et elles savent qu'à la moitié elles doivent changer. De plus, ce compteur calcule également le nombre de calories dépensées. Et du coup, de temps en temps, on se donne des objectifs à atteindre avant de pouvoir pique niquer et consommer de nouvelles calories !!

Un klaxon ramené de Thaïlande.

Un petit retroviseur pour voir si papa suit.
.
Des cornes sur le guidon des filles : Cela leur permet de changer de position, elles en sont ravies

Un porte carte pour suivre l'itinéraire.

Un porte bagage arrière racktime fold it 20 pouces (25 euros). Impossible de trouver un porte bagage avant qui s'adapte, à part le modèle produit par bike friday, et trop cher. Nous avons réduit nos bagages et supprimé donc mes deux sacoches avant.

Un boudin (sac étanche ortlieb) pour y mettre le tipi à l'arrière du tandem

En conclusion :

Les + :
Très compact : très facile de le mettre dans le train sans le plier, et de le porter chez nous au second étage. Du coup on l'utilise aussi pour nos déplacements en ville.
Beaucoup plus léger que mon vélo et le follow me, ou qu'un pino hase. Et ça c'est super important, surtout quand on a pleins de bagages. Les montées sont nettement plus faciles.
Mécanique relativement simple, telle que sur un vélo classique. En cas de panne à l'autre bout du monde, on se sent plus rassurés que sur un vélo « high tech » avec des pièces introuvables.
Attire la curiosité des gens.


Les - :
Notre modèle se plie uniquement en deux morceaux, donc obligé de le passer en bagage vélo, mais rentre facilement dans un carton standard de vélo pour l'avion.
Frein avant tambour, pas très costaud si on rajoute une cariole à l'arrière.
Cadre avant un peu petit, je me sens un peu trop droite sur le vélo.
On n'a pas réussi à trouver des câbles de frein avec les embouts qui rentrent dans les spérateurs de cables que Simon nous a vendu, du coup, quand on le démonte, on est obligé d'enlever le cable de frein arrière.
Quand on démonte le vélo et la roue avant il faut refaire tous les réglages, ça prend un peu de temps.
Les 3 vitesses se changent avec un système dans le moyeu arrière, qui doit être un peu fatigué. Du coup ça passe du 1 au 3 directement, sans passer par le 2. Le système serait peut être à changer.
On n'a pas de porte bagage avant car à priori le seul compatible est le modèle produit par Bike friday, et il est très cher. A voir si on trouve un autre modèle par la suite.

DONC ...On est ravis, et si on trouve une autre occasion, on est prêts à en acheter un second pour Fabrice, à bon entendeur salut...

Quelques photos des détails...
Le retro du stocker


Le Bidon anti fuite et les manivelles SINZ du stocker

Le klaxon thaï du stocker

Ceintre plat et sacoche ortlieb ultimate, garde boue decat

Poignée ERGON

Selle italia lady gel flow

frein avant

vendredi 21 août 2015

Estonie-Lettonie 2015, la fin!


Un grand merci à nos hôtes du réseau warmshower Ruta et Gints qui ne doivent pas manquer de visiteurs et nous ont accueilli pour deux nuits. Ruta a cuisiné pour nous, réservé un taxi pour l'aéroport et donner de bonnes indications pour la visite de Riga, un très grand merci !

Ce matin nous plions bagages, le tandem démontable est vraiment très pratique. En taxi, en quelques minutes, nous sommes à l'aéroport pour une douzaine d'euros. Bonne surprise, Air Baltic ne nous fait pas payer de supplément pour nos vélos et notre carriole, tout se passe si facilement que nous avons près de 2 heures avant le décollage !

Les vols vers Paris puis vers Toulouse se passe bien, ce soir nous dormons à l'ibis budget de l'aéroport, fin d'un très beau parcours Balte, la suite (de la Lettonie puis la Lituanie) l'année prochaine ?

NB : au total nous aurons parcouru 1011km à vélo et 77km à pieds... le même parcours en voiture aurait émis l'équivalent de 156 kg de CO2. Ça encourage ces chiffres !







jeudi 20 août 2015

Capitale: Riga!

17 km... à pied !

Copieux petit déj' chez nos hôtes et leurs formidables confitures de cerises et de cassis puis nous partons à la découverte de la capitale de la Lettonie. Le centre historique fait moins « ville-musée » que celui de Tallinn, il a été plus endommagé par la 2nde guerre mondiale. Il recèle toutefois de nombreux bâtiments, souvent en briques rouges, très intéressants. L'histoire mouvementée du pays et les nombreuses occupations qu'il a connues, est racontée par ses bâtiments.

Nous traversons le fleuve Daugava, et comme il n'y a aucun nuage dans le ciel, nous montons (par l'ascenseur) au sommet de la basilique Saint-Pierre de Riga. 71 mètres plus haut, le panorama est magnifique, nous distingons les différents quartiers de la ville, qui est de taille modeste, le port et à proximité, les grandes forêts, au loin, nous percevons la mer.

Nous faisons notre pause pique-nique le long du canal. Fabrice et Titouane partent à la recherche d'une épicerie pour acheter de quoi manger. Ils reviennent avec des quiches aux épinard, des pains au chocolat et amende, ainsi qu'un gateau au cassis, le tout acheté dans une boulangerie française. Un sandwich avec une baguette bien croustillante plutôt que le pain de mie letton, quel luxe !

Nous découvrons ensuite le marché central pour acheter de menus souvenirs, des sacs pour emballer notre cargaison dans l'avion et des framboises. Coincé entre le fleuve et le marché central, un petit quartier d'anciens docks devient petit à petit un quartier d'artistes. Une expo à l'extérieur retrace l'histoire des juifs de Riga durant la guerre. Nous buvons un verre dans un café, galerie, salle d'expo, les filles écrivent leurs dernières cartes postales.

Mais nous n'avons pas encore visité la ville nouvelle, nous décidons d'aller y dîner. En recherchant une adresse du Lonely Planet, nous passons devant un resto qui nous retient. Nourriture excellente, ce sont 3 lettonnes (dont 2 sœurs jumelles) et blondes bien sûr, qui ont décoré leur resto de carreaux et couleurs douces.

Retour chez nos hôtes en tram, le compteur de Titouane (qui compte les km à vélo mais aussi à pied) annonce 17km parcourus à pied aujourd'hui, ce fut une longue et belle journée !



















mercredi 19 août 2015

Dernière plage de sable fin en Lettonie


Mercredi 19 aout
Klapkalnciems – Riga
34 km



Dernier pliage de tente ce matin, ce soir et demain nous dormirons chez des « Warmshowers », aussi nous nous appliquons dans l'emballage d'affaires que nous n'aurons plus l'occasion de déballer avant notre retour à Pau. Les filles mettent à jour leurs carnets de bord, elles ont été très assidues ; puis nous quittons le camping.

Une dizaine de km plus loin nous pique-niquons sur la plage de la « dune blanche », il y a du vent ce qui nous dissuade d'aller nous baigner. La plage est encore magnifique et seuls quelques rares familles en profitent.

Nous venons de dépasser les 1000 km parcourus !
C'est l'heure de retourner à Riga, la gare la plus proche est à une quinzaine de km pas loin de Tukums, ville terminus pour les trains venant de Riga vers cette région. Avec l'aide d'un autre passager cycliste, nous embarquons notre matériel et une heure plus tard nous débarquons dans la gare centrale de Riga.

Nous traversons le fleuve pour arriver chez nos hôtes qui nous ont gentiment attendus pour dîner ! Nous discutons de nos voyages avant de plonger dans des lits douillets, cela fait longtemps que nous n'avions quitté nos tapis de sol pour la nuit !








mardi 18 août 2015

Akvapark!

Jurmala – Klapkalnciems
52km

2 heures de toboggans et piscine à vagues, Il y a au centre du parc aquatique de Jurmala, un bateau pirate. Une énorme tête de pirate se remplit d'eau lentement tandis que Fantine joue tranquillement dessous et splash ! La tête se renverse et arrose tout le monde autour du bateau ! Fantine n'est pas contente d'avoir reçu de l'eau sur la tête et a peur du pirate maintenant !

Après ces réjouissances, nous reprenons notre route et traversons les 20 et quelques km de Jurmala. Petit à petit, nous quittons la zone urbanisée pour circuler au milieu de grandes pinèdes. Parfois, nous traversons des villages de pêcheurs, quelques boutiques en bord de route vendent du poisson fumé, spécialité de la région.

Après une bonne étape, nous stoppons au camping du hameau de Klapkalnciems. Il est composé de multiples bungalows ayant fait leur temps. Nous plantons la tente au milieu des pins et dînons de peut-être, nos dernières pâtes à la sauce tomate de nos vacances, sur une table de pique-nique.



lundi 17 août 2015

De Sigulda à Jurmala

Sigulda – Jurmala
43 km

Mise à jour du blog par Fabrice tandis que les filles dorment tard ce matin. Nous hésitons à rester dans le parc national de la Gauja ou à partir sur la côte au sud de Riga. Renseignements pris, les itinéraires dans le parc sont composées de pistes sablonneuses, ce sera trop difficile avec nos chargements, dommage, le cadre est vraiment sympa.

Les filles s'amusent sur la plage au bord de la rivière tandis que nous plions bagages puis nous allons tous prendre le train pour Riga (la partie Sigulda – Riga n'est pas bien emménagée pour les cyclos et nous craignions d'y avoir trop de circulation). La controleuse du train est aussi souriante qu'un guichetier de la SNCF, fait quelques signes pour que nous décalions les vélos, puis revient avec un collègue pour qu'il traduise qu'il nous faut payer un supplément pour la carriole. Fabrice lui répond qu'il s'agit d'une poussette pour Fantine et que au guichet de la gare, c'était ok pour la gratuité. Le jeune collègue traduit à son aînée et ils s'en retournent à leurs occupations.

Depuis la gare centrale, nous sommes rapidement dans le centre historique de Riga, c'est un 1er aperçu très agréable, de magnifiques bâtiments colorés que nous découvrons en buvant un café sur une des nombreuses terrasses animées.

Pas de piste cyclable et beaucoup de routes pavées en mauvais état dans Riga, ça secoue sur les bicyclettes ! Pourtant il y en a beaucoup qui circulent empruntant les trottoirs et zigzagant entre les piétons.

Nous trouvons la piste qui mène de Riga à Jurmala, elle longe la voie ferrée sur une quinzaine de km, traverse la rivière Lielupe, au bout du pont, un bâtiment avec d'énormes tuyaux entrelacés, c'est l'akvapark (le parc aquatique annoncé comme le plus grand d'europe du nord) ! Difficile de le cacher aux filles qui s'imaginent immédiatement sur de longues glissades !

Nous allons dans un mini camping / guest house, très soigné, au bord de la rivière, c'est la fin d'après-midi, et nous retournons à vélo vers le centre de Jurmala où s'animent de nombreux restaurants et bars. Le long de notre chemin, nous découvrons les villas en bois et baies vitrées très chics de la ville, au milieu de grands arbres. Titouane dit que la forêt pousse dans certains jardins !

Nous dînons dans un resto qui propose des plats indien, thaïlandais et chinois ; le cuistot me paraît pakistanais et notre serveuse est très blonde, mais toutes les serveuses portent un sari, et la nourriture est bonne. Retour à la tente vers 23h, les filles s'endorment en quelques secondes.



dimanche 16 août 2015

Tarzan!

Sigulda

2 forfaits multiactivités 7-12 ans, pour Amielle et Titouane, mais aussi 1 forfait 3-7 ans pour Fantine ; Fabrice prend juste l'accrobranches car il n'a pas l'air facile, pour accompagner les filles. Nous démarrons par l'accrobranches, dès les premiers passages dans les arbres, Amielle a le vertige, avec l'aide d'un instructeur elle redescend et va faire la tyrolienne et le parcours 3-7 ans avec Fantine.

Titouane passe les 3 premiers niveaux d'accrobranches, au 4ème ça se complique, nous sommes très haut dans les arbres, elle reste coincée avec une sorte de vélo qui pédale sur un fil ! Finalement, elle domine sa peur et passe le 4ème niveau, nous laissons le 5ème et dernier niveau d'accrobranches pour les cascadeurs, nous avons les bras et les jambes en coton !

Ensuite, les filles enchaînent : Amielle : « Nous avons fait de l'accrobranches de la luge du tir a l'arc du tir a la carabine une autre sorte de luge du velo kart Fantine a aussi fait du vélo kart »

Nous avons à peine eu le temps de pique-niquer entre 2 activités, c'est bientôt la fin de la journée ! Dernière activité qui correspond bien au nom du parc, Tarzan : suspendue à un fil, Amielle remonte à près de 14 mètres de haut puis est lâchée et se balance en l'air comme Tarzan sur sa liane... Elle a eu très peur, mais comme tout le monde l'applaudit elle fait a fière en descendant de sa corde. Fabrice avait insisté pour qu'elle passe en 1ère, si elle avait vu sa sœur aussi haut, elle n'aurait peut-être pas voulue y aller !

Titouane n'est pas rassurée mais elle y va gaillardement, une fois en l'air, elle se décompose aussi, elle avouera avoir eu très peur aussi, les parents rient beaucoup... Cette fois, nous montons en vélo à Sigulda, la nuit tombe, nous prenons quelques jolies photos du château et dînons dans un café-lounge. En entrée, Céline commande 2 soupes froides d'avocat, mais seul Fabrice va aimer, une fois dans l'estomac, il a du mal à digérer cette dose d'avocat/crème fraîche ! Mais la nuit se passe très bien dans le camping qui a désempli.