mardi 13 janvier 2015

Retour en France

Bangkok – Paris via Doha 

Le rendez-vous avait été donné à 4h45 du matin au taxi pour partir à l'aéroport. Nous sommes prêts, mais le taxi n'est pas arrivé. Notre amie Supaporn le sollicite régulièrement et c'est la première fois qu'il fait défaut. Notre voisine l'appelle, il répond une première fois qu'il va arriver, mais après quelques minutes, la voisine vient nous dire que le taxi ne viendra pas. Heureusement, elle sollicite notre voisin, nous chargeons son pick-up et partons sur les routes et autoroutes sans embouteillage de Bangkok pour atteindre l'aéroport.

Nos bagages enregistrés, nous envoyons nos cartes postales depuis le bureau de poste de l'aéroport, 4 semaines de vacances et nous n'avons le temps qu'à la dernière minute d'écrire et poster nos cartes ! Embarquement et nous voici tous les 5 les yeux rivés sur nos écrans individuels à sélectionner films, dessins animés et jeux pour nous divertir durant environ 6h de vol jusqu'à Doha.

L'escale est brève dans le nouvel aéroport de Doha et nous repartons pour 6h supplémentaires de vol jusqu'à Paris. Débarquement, contrôle des passeports, récupération des bagages, c'est le soir à Paris, mais pour nos organismes, il est minuit passé en comptant les 6h de décalage horaire et nous nous sommes réveillés à 4h du mat' ! Les filles s'endorment sur des banquettes tandis que nous remontons nos vélos. RER jusqu'à Denfert Rochereau et accueil très chaleureux de Julie et Marc, nos warmshowers qui nous avaient déjà accueilli le jour de notre départ.

Nous leur relatons en vrac nos principaux souvenirs de voyage tandis que les filles se rendorment. En France l'ambiance est morose à la suite des attentats de la semaine passée, nos vacances, plus longs que l'année passée, semblent n'être qu'un rêve éphémère. Il va vite falloir penser à notre prochaine destination, et pourquoi pas de nouveau en Asie du sud est...

lundi 12 janvier 2015

Dernier jour à Bangkok!

Bangkok 11 km

Arrivés avec 1h15 de retard, c'est dans la moyenne des retards que nous avons eus pour nos déplacements en train, nous ne trouvons pas l'ami de Supaporn qui devait nous guider ; nous apprendrons ensuite qu'il était malade. Nous partons en tâtonnant pour l'itinéraire jusqu'à chez notre hôte : il y a beaucoup de travaux à Bangkok (notamment une nouvelle ligne de skytrain) et beaucoup de routes sont en sens unique... et les sens uniques ne sont pas indiqués sur nos plans de la ville. J'essaie d'éviter les ruelles de Chinatown trop encombrées et nous passons devant la mairie de Bangkok, puis traversons le fleuve et arrivons sur la bonne avenue. Nous retrouvons notre amie avec joie, elle nous laisse 15mn pour nous préparer et nous emmène dans un restaurant où nous n'avons pas le droit de choisir du riz frit !

Elle commande pour nous 6 ou 7 plats différents : la soupe de poulet au lait de coco, le pad thaï, de très fines nouilles frites avec des crevettes, des fish-cake (gâteau de poisson) salés... et comme dessert des bananes qui semblent légèrement cuites baignant dans du lait de coco sucré. Nous nous régalons et pourrons dire que nous avons goûté à la cuisine thaïlandaise ! C'est très raffiné.

Nous avons un programme chargé pour notre dernier jour à Bangkok. Après le repas, nous nous rendons à l'école de Supaporn où les élèves nous attendent car Titouane et Amielle doivent leur donner un cours de français. Supaporn a préparé un tableau avec l'alphabet, et les filles font réciter l'alphabet à une classe d'enfants de 7 / 8 ans. Puis Titouane chante la chanson qu'elle a appris à l'école : « Le Noël des enfants du monde », et, la plus classique « Au clair de la lune ».

Ensuite, Fabrice et Fantine rentrent à la maison afin de préparer les bagages (démontage des vélos et sacoches), tandis que Titouane, Amielle et moi allons faire du shopping au marché de Thonburi, en face de l'hôpital. Supaporn nous y dépose, et nous lui disons au revoir !
C'est un joli marché avec plein de belles choses, et surtout aucun occidental dans ce quartier très authentique, donc aucune négociation à faire. Nous achetons des cadeaux pour les copines des filles. Nous rentrons en tuk tuk à la maison, et allons dîner dans notre petit resto préféré du quartier. Les propriétaires nous accueillent comme des habitués.

C'est avec nostalgie que nous dégustons notre dernier riz fris accompagné d'une bière locale « Chang ». Demain réveil très matinal (4 heures) pour le retour !








dimanche 11 janvier 2015

Visite guidée de Trang avant nuitée dans le train

Trang 1 km

Nos hôtes ont préparé ou acheté au marché de quoi faire un petit déjeuner traditionnel thaïlandais : une sorte de porridge au poulet, des boulettes de porc dans des feuilles de bric et du « crispy porc » : petits morceaux de porc grillés. Les enfants ne sont pas très enthousiastes, ils boivent leur ovaltine et mangent quelques beignets nature. Moi, je reprends du porridge et termine par un nescafé 3 en 1 (café-lait-sucre en poudre dans un sachet). Nous discutons de nos habitudes de vie en France et en Thaïlande. A Trang, nos hôtes font partie d'un club de vélo, toutes les semaines ils font des sorties, et une fois par mois circulent en ville afin de sensibiliser les habitants à l'intérêt du vélo. Des sortes de vélorution. Ils utilisent Facebook pour en faire la promotion. Trang est une ville très tournée sur le vélo !

Dès qu'elle le peuvent, Fantine, Amielle et Titouane se plantent devant la télé, sur la chaîne Baby TV, ce sont des histoires et des chansons pour les tous petits, en anglais. Nos hôtes nous accompagnent dans un parc de la ville où les enfants jouent, puis dans un autre parc où ils donnent à manger aux poissons d'un lac artificiel. Ils nous expliquent qu'une fois par an, les gens ont le droit de pêcher dans ce lac, le reste de l'année, les enfants donnent à manger à ces milliers de poissons.

Déjeuner dans un petit resto où les nouilles et raviolis sont faits maison, c'est très bon ! Nos h^tes connaissent bien le patron et refusent que nous les invitions ! Puis nos hôtes nous laissent dans le plus grand centre commercial du sud de la Thaïlande tandis qu'ils vont chercher leur fils qui a une activité extra scolaire : un cours de mathématique ! Nous n'avions pas vraiment envie de nous rendre dans un centre commercial, mais pourquoi pas !



Dans le centre commercial, je commande deux expressos « very small », ils sont bons et avec la serveuse dépose 2 tasses d'eau chaude. Au début je pense qu'il s'agit d'eau pour rallonger le café s'il est trop fort et je ne trouve pas cela très pratique. Mais, renseignement pris, il s'agit de thé au jasmin, délicieux bien que, juste après un café, je n'en avais pas tellement envie.

En Thaïlande aussi ce sont les soldes, et nous en profitons pour acheter des maillots de bain pour Amielle et Titouane, et quelques souvenirs. Retour à la maison de nos hôtes, nous bouclons les sacoches et en route pour une très courte étape, 1200m nous séparant de la gare. Nos hôtes nous escortent en vélo, les aurevoir sont émouvants sur le quai de la gare !





Soirée tranquille dans notre compartiment, nous commandons 3 riz frits et tout le monde dort bien. Avec Céline, nous nous endormons après l'arrêt à Surat Thani, notre dernière ville étape de l'an passé.

samedi 10 janvier 2015

Jardin botanique de Trang

Yan Ta Khao – Trang 41 km

Ce matin, c'est la première fois qu'un petit dej est proposé dans l'hôtel. En général, les Thaïs prennent leurs petits dej dans des petits restos du bord de route (riz poulet). Ici, du thé, café et « ovaltine » sont en libre service ainsi que du pain de mie et de la gelée goût orange (à mon avis sans fruits, mais plutôt à base de colorant, vue la couleur orange fluo). Il y a même un grille pain !!
Les 4 autres clients de l'hôtel ont des badges autour du cou, ils semblent se rendre à un colloque.

Même s'il n'y a pas de plage et rien à voir dans cette ville, nous apprécions beaucoup l'ambiance thaïlandaise, et sommes toujours très bien accueillis. Nous nettoyons nos vélos qui sont remplis de boue depuis notre étape sur piste et commençons notre étape. Nous avons décidé de prendre des petites routes pour éviter l'autoroute afin de nous rendre à Trang, où une famille thaï du réseau de warmshowers nous accueillera chez elle.

Nous nous régalons encore de ces routes à travers les forêts d'hévéas et de bananiers. Nous créons l’événement à chaque entrée de village et sommes inondés de sourires et de félicitations. Quel encouragement !

Quelques dizaines de kms après notre départ, je (Céline) me rends compte que nous avons perdu le drapeau de notre carriole. Avec Titouane, je fais quelques kms en sens inverse pour tenter de le retrouver en vain. Titouane me fait justement remarquer que j'aurais du prendre le compteur de Fabrice pour rajouter des kms à notre périple (j'ai perdu le mien à Paris). Cela nous rend triste car ce drapeau français nous a suivi depuis plus de 10 000 kms...
Ce sera l'occasion d'en acheter un neuf, les couleurs étant un peu passées...

Nous nous perdons un peu sur la route et retrouvons finalement l'autoroute plus tôt que prévu. A l'intersection avec l'autoroute un orage éclate, très fort. Nous nous réfugions sous un pré-haut dans lequel une famille nous accueille avec gentillesse et offre aux enfants des peluches.
Nous en profitons pour déjeuner en face dans un petit resto. Grâce au wifi, nous repérons où nous sommes. Nous avons deux possibilités : prendre l'autoroute 13 kms, ou bien faire un grand détour par les petites routes. Nous avons encore le temps et surtout l'envie de pédaler « au calme » pour notre dernière étape. Nous approchons les 900 kms, donc nous décidons de faire le détour.

Au passage, nous faisons étape au parc botanique de Trang. Nous laissons nos vélos pour faire une petite heure de marche dans la jungle, sur des ponts suspendus à 40 mètres (les arbres vont jusqu'à 50 mètres de haut). C'est très impressionnant ! Ici aussi, les visiteurs sont des groupes d'élèves et familles thaï.

Nous avions rendez vous à 17h à Trang, et nous arrivons avec 45 minutes de retard. Em Om et son mari nous attendent à la « Clock Tower ». Ils commençaient à s'inquiéter un peu pour nous... Ils nous escortent en vélo jusqu'à chez eux, une petite maison du centre ville.

Ils nous ont préparé un bon dîner de spécialités de Trang que nous dégustons sur leur terrasse. Ensuite, nous allons nous promener au marché de nuit. Il y en a deux, un juste à côté de chez eux, l'autre à la gare. Tous deux sont très animés. Nous assistons à une fête d'enfants qui dansent et font un karaoké. Notre présence est vivement remarquée, à tel point que l'on offre des biscuits aux filles. L'animateur de la soirée invite Fabrice sur la scène afin de se présenter et de lui remettre un prix : un mobile en coquillage. Lorsque Fabrice lui dit que l'on voyage en vélo, il est très surpris et les gens nous applaudissent.

Nous rentrons en tuk tuk jusque chez nos hôtes. Nous dormons dans une petite maison derrière la leur dans le jardin. Il s'agit d'une petite pièce dans laquelle ils nous ont laissé une natte et un petit tapis de sol. Nous complétons avec nos 3 tapis de sol. C'est parfait !










vendredi 9 janvier 2015

La foire à Samran

Hat Samran – Yan Ta Khao 34 km

Ce matin démarre 3 jours de festivités à Hat Samran. Nous allons compléter notre petit déjeuner par des gaufres à la foire. La foire consiste en une multitude de petits stands de restauration, quelques vendeurs de vêtements et 3 manèges. Il y a une vieille grande roue dont le gérant fait la sieste dans un hamac. Nous le réveillons et les enfants et Céline montent dans la « grande roue », la sono a du mal à étouffer le bruit du moteur qui la fait tourner. Elles font de nombreux tours sans se lasser. La « grande » roue est de petite taille, toute rouillée. Puis Fantine grimpe dans un petit train. La 3ème attraction, une structure gonflable n'est pas encore gonflée. Les badauds de cette foire sont des groupes d'élèves et des familles thaï qui se sont mis sur leur 31. Des tournois de foot se préparent, l'ambiance est très sympathique.

A un stand de jolis batiks indonésiens, les filles achètent des jupes et des saris. Puis nous continuons notre grignotage qui fait office de déjeuner : poisson et poulet panés, et pour moi, des sushis et des mini-crêpes. Nous prenons notre temps car la veille, la gérante des bungalows a réservé pour nous une chambre dans un hôtel repéré par Céline sur internet. Nous n'avons qu'une trentaine de km à faire d'ici Yan Ta Khao et pas beaucoup d'info sur cette ville étape.

Le ventre bien rempli nous pédalons le long d'un delta où sur le bas côté, sèchent des crevettes et des petits poissons. Ces petites routes sont très agréables. Puis nous arrivons à Yan Ta Khao et sur le chemin de l'hôtel, nous tombons sur un petit parc urbain où de nombreux Thaïs font de la marche. Les filles s'amusent aux jeux tandis que Céline part en repérage à l'hôtel, Elle revient assez sereine, en effet, elle a pris une chambre immense (30m2) bien qu'à moitié vide. Je me demande qui peut bien construire des grands hôtels comme celui-ci dans une ville pas du tout touristique, avec la chambre la plus chère à 600 baths (15 euros)

Petit resto de quartier pour dîner, comme d'habitude, la restauratrice est très attentionnée. Elle a choisi la diversification, et Titouane prend des spaghettis tandis que nous mangeons tous des crêpes banane-chocolat au dessert (des « roties » en référence au terme anglais).










jeudi 8 janvier 2015

Ko Sukorn, une autre île très chouette

Hat Samran – Ko Sukorn – Hat Samran 51 km

Sans les bagages laissés dans notre bungalow d'Hat Samran (Titouane dit que ça fait ringard de voyager sans les saccoches!!), nous prenons la piste boueuse du bord de mer pour atteindre, en face de l'île de Ko Sukorn, le petit port de Ban Ta Seh où nous embarquons sur un long tail boat.
La côte est magnifique, nous ne croisons que des pêcheurs et des buffles !
Il n'y a pas foule à l'embarcadère, une seule passagère avec nous, une enseignante qui retourne sur l'île avec des affiches du corps humain. Sur l'île, très peu de touriste aussi, et des villageois d'une extrême gentillesse. Nous pédalons vers le nord, la côte est superbe. Puis la route se transforme en une étroite piste de dalles de béton qui serpente dans les forêts d'hévéas. C'est très agréable de circuler à bicyclette sur cette île assez plate. Au cours de la seule montée de la journée, nous apercevons un singe avec une « barbe ». Il doit y en avoir d'autres que nous entendons crier, mais nous ne les voyons pas, la forêt étant trop dense à cet endroit.

Peu après, nous aboutissons à une splendide plage avec un panorama sur les autres îles de Trang, tout à fait remarquable. La plage dispose de 3 « resort ». Je passe devant les 2 premiers sans m'attarder car le 3ème est signalé par le lonely planet comme abritant « la meilleure table des îles de Trang ». Stupéfaction, ce resort est en travaux, le restaurant est fermé. Je reviens sur mes pas jusqu'au 2ème resort et fais signe à Céline et aux enfants de me rejoindre, la carte à l'air sympathique. Partout il y a très peu de clients...

Mais d'abord je rejoins toute la famille dans l'eau. Puis Céline va choisir une table pour déjeuner, et c'est l'incident. Un couple de sexagénaires buvant des bières à côté demande à Céline de ne pas s'asseoir à une table à côté d'eux, ils n'ont pas envie d'avoir le bruit des enfants (qui sont toujours à 50 m de là dans l'eau) ! Céline répond qu'ils n'ont qu'à changer eux de place et la grosse dame dit que les enfants de moins de 7 ans sont interdits dans cet hôtel. Elle précisera que les enfants sont interdits la nuit ; bref comme la conversation est en anglais, nous ne comprenons pas mot à mot ce que raconte cette touriste peut-être allemande.

Le personnel thaïlandais était pourtant très sympathique, mais cette altercation nous incite à aller au tout 1er resort de la plage et finalement, le couple aigri nous a rendu service. Le restaurant y est moins cher, excellent et l'ambiance plus conviviale. Le patron nous explique qu'il nous a vu la veille, lorsque que nous faisions une pause en vélo.

Autre coup de chance, si l'on peut dire, l'orage du jour éclate pendant le repas et il ne pleuvra plus ensuite. Re-baignade et nous repartons pour faire le tour sud de l'île. Le compteur tourne, nous approchons des 800 km parcourus en Thaïlande pendant ces vacances. Pas d'autres passagers pour notre retour sur le continent, notre escapade à Ko Sukorn nous laisse un excellent souvenir.

Il fait presque nuit, nous rentrons par la route bitumée parallèle à la côte, 13 km plus tard, nous commandons un très grand plat de riz frit avec des légumes à notre hôte ainsi que du poisson pané. C'est du barracuda, les enfants se régalent, notre hôte nous offre des oranges et nous prenons des glaces. Les filles jouent avec Gong, le fils de nos hôtes. Encore une très belle soirée dans cet endroit coupé du monde !
Ça y est nous avons dépassé les 800 kms !