lundi 12 janvier 2015

Dernier jour à Bangkok!

Bangkok 11 km

Arrivés avec 1h15 de retard, c'est dans la moyenne des retards que nous avons eus pour nos déplacements en train, nous ne trouvons pas l'ami de Supaporn qui devait nous guider ; nous apprendrons ensuite qu'il était malade. Nous partons en tâtonnant pour l'itinéraire jusqu'à chez notre hôte : il y a beaucoup de travaux à Bangkok (notamment une nouvelle ligne de skytrain) et beaucoup de routes sont en sens unique... et les sens uniques ne sont pas indiqués sur nos plans de la ville. J'essaie d'éviter les ruelles de Chinatown trop encombrées et nous passons devant la mairie de Bangkok, puis traversons le fleuve et arrivons sur la bonne avenue. Nous retrouvons notre amie avec joie, elle nous laisse 15mn pour nous préparer et nous emmène dans un restaurant où nous n'avons pas le droit de choisir du riz frit !

Elle commande pour nous 6 ou 7 plats différents : la soupe de poulet au lait de coco, le pad thaï, de très fines nouilles frites avec des crevettes, des fish-cake (gâteau de poisson) salés... et comme dessert des bananes qui semblent légèrement cuites baignant dans du lait de coco sucré. Nous nous régalons et pourrons dire que nous avons goûté à la cuisine thaïlandaise ! C'est très raffiné.

Nous avons un programme chargé pour notre dernier jour à Bangkok. Après le repas, nous nous rendons à l'école de Supaporn où les élèves nous attendent car Titouane et Amielle doivent leur donner un cours de français. Supaporn a préparé un tableau avec l'alphabet, et les filles font réciter l'alphabet à une classe d'enfants de 7 / 8 ans. Puis Titouane chante la chanson qu'elle a appris à l'école : « Le Noël des enfants du monde », et, la plus classique « Au clair de la lune ».

Ensuite, Fabrice et Fantine rentrent à la maison afin de préparer les bagages (démontage des vélos et sacoches), tandis que Titouane, Amielle et moi allons faire du shopping au marché de Thonburi, en face de l'hôpital. Supaporn nous y dépose, et nous lui disons au revoir !
C'est un joli marché avec plein de belles choses, et surtout aucun occidental dans ce quartier très authentique, donc aucune négociation à faire. Nous achetons des cadeaux pour les copines des filles. Nous rentrons en tuk tuk à la maison, et allons dîner dans notre petit resto préféré du quartier. Les propriétaires nous accueillent comme des habitués.

C'est avec nostalgie que nous dégustons notre dernier riz fris accompagné d'une bière locale « Chang ». Demain réveil très matinal (4 heures) pour le retour !








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire