vendredi 24 juillet 2015

Colis tardifs à Tallinn

Tallinn
7km

Réveil matinal, Fabrice me dépose à l'aéroport avec les bagages tandis qu'il va garer la voiture dans le centre de Blagnac. Je me débrouille pour tout poser sur deux chariots, comme à l'acoutumée. Grâce au tandem, nous avons une boîte vélo en moins, celle de Titouane.
Nous sommes à l'heure. A l'enregistrement, le monsieur du guichet nous indique que nous ne sommes pas dans les passagers de cet avion, il ne trouve pas nos noms. Petite panique, pourtant Fabrice a fait le check in la veille sur le site internet d'Air France.

Nous montrons nos billets d'Air Baltic et le guichetier comprend, nous avons inversé les noms et les prénoms, first name, last name, hmmm tout est en anglais sur le site d'Air Baltic et cette petite erreur nous a valu une petite frayeur.

Petit déjeuner dans l'aéroport avant l'embarquement, le vol pour Paris est court, Fantine fait quand même une petite sieste. Arrivés à Paris, nous avons juste le temps de sauter dans l'autre avion pour Tallinn. 2H30 de vol, et nous sommes déjà arrivés. Le voyage nous semble très court par rapport à la Thaïlande.

Il fait très beau, mais un peu frais. A l'arrivée, nous avons le plaisir de trouver nos cartons vélos en super état, ainsi que la carriole, toutefois, une seconde petite panique : il nous manque 2 bagages.
Au service réclamation, ils découvrent que ces deux bagages sont partis à Riga et non à Tallinn... C'est une chance, car s'ils étaient restés à Paris nous aurions du attendre plus longtemps leur arrivée. On nous informe qu'un vol Riga Tallinn arrivera cette nuit à minuit avec nos deux bagages manquants. Bon, l'essentiel est que nous ayons nos vélos et une sacoche. Mais troisième frayeur : Tous nos outils pour remonter les vélos sont dans un des bagages manquants.

Le monsieur du service réclamation nous prête ses quelques clés qui nous permettent de remonter l'essentiel des vélos, mais il n'a pas de pompe, et nos pneux sont dégonflés (pour le transport des vélos dans l'avion, on est obligés de dégonfler les pneus pour la pression!).
Nous poussons nos vélos le long de la grande route quittant l'aéroport jusqu'à un centre commercial où l'on trouve un magasin de sport dans lequel nous gonflons nos roues et nous nous achetons deux vestes car nous sommes en tee shirt, et tous nos vêtements sont dans les bagages manquants. Il fait frisquet!

Heureusement, nous avions annulé le camping, pour réserver dans un hôtel : notre matériel de camping est aussi dans le bagage manquant... Enfin, nous roulons 4 petits kilomètres pour arriver à dans le centre historique de Tallinn et allons nous installer rapidement. A l'hôtel, nous rencontrons un couple de Thaïlandais, avec qui nous discutons de nos voyages en Thaïlande, puis partons profiter de la soirée à se ballade dans la vieille ville. Il fait nuit très tard. Nous dînons dans un sympathique pub.

Avec Fabrice, nous avions visité Tallinn lorsque j'étais étudiante à Stockholm il y a 17 ans. Tout a bien changé. La ville est bien restaurée et très animée. A l'époque, l'Estonie avait retrouvé son indépendance depuis seulement 3 ans...Aujourd'hui, la ville est classée au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Tout juste endormis que le téléphone sonne, c'est un monsieur de l'aéroport qui nous annonce que nos bagages sont arrivés, il dit à Céline "I have now your lugage" qui comprend "I have no your lugage", le malentendu levé, il est minuit et nous comprenons qu'ils vont nous les livrer dans une heure.

Le temps de bien se rendormir profondément et le téléphone sonne, le livreur est au portail de l'hôtel, Fabrice descend récupérer les deux colis.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire