mercredi 17 février 2016

Boulangerie, toits de chaume et plage de sable

Bulalacao - Manaul
21km
Nous rachetons de bonnes pâtisseries à proximité de notre chambre d'hôtel pour notre petit déjeuner. La spécialité est le pain à la noix de coco : un pain garni de frengipane, les amandes remplaçant les noix de coco. C'est excellent ! Nous sommes supris de trouver du pain en Asie, peut être que le pain est venu avec la colonisation espagnole, tout comme les hamburgers et hot dog avec celle américaine. Dans les villes de taille moyenne, Il y a quelques des petits stands de fast food au bord de la route. Puis nous plions tranquillement les bagages, nous avons 2 jours pour rallier Roxas, la grande ville d'où nous prendrons un bateau pour l'île de Tablas, à une cinquantaine de km. Nous traversons Bulalacao qui ne nous paraissait pas aussi étendu, puis après quelques km, ça grimpe et surtout, nous luttons toujours contre un fort vent de face. Après 10 km de grimpette nous sommes bien fatigués, heureusement, la région traversée est très jolie avec des villages dont les maisons sont toute en palmes tressées et toit de chaume. Titouane s'inquiète de la solidité de ces maisons en cas de typhons...Régulièrement, nous croisons des « Mangyans ». Il s'agit d'aborigènes, qui se promènent tout nus, avec un simple morceau de tissu de la taille d'un petit mouchoir devant, et rien derrière. Souvent nous comparons avec la Thaïlande, et nous réalisons l'écart de richesse entre les deux pays.
La route descend maintenant majoritairement vers la mer, il est presque inutile de freiner grâce au vent, et alors que nous cherchons un endroit pour déjeuner, un petit panneau nous interpelle : « R&C farm and resort ». Nous allons voir, et il y a bien un hôtel de quatre chambres avec une piscine ; l'établissement est tenu par une Philippine, mariée à un Suisse, présent en ce moment, mais qui est souvent en voyage pour son boulot.
Autour de la piscine se promène une oie que l'on peut caresser, 5 petits chiens, un singe vit pas très loin ! Il y a aussi des vaches et des cochons. Baignade, plat de nouilles et départ en tricycle pour la magnifique plage de Buktot à 3 ou 4 km. Nous profitons 2 bonnes heures du sable blanc et fin et de l'eau tiède avant que le tricycle vienne nous rechercher. Dîner à l'hôtel, d'autres clients arrivent, une grande famille philippino-coréenne avec qui nous entamons un karaoke avant d'aller se coucher. Nous cherchons désespéremment une chanson française dans le catalogue des chansons. La seule que nous trouvons est « Mon beau spain ». Il s'agit de Mon beau sapin. Amielle puis Titouane la chantent à leur tour. Les paroles sont pleines de fautes d'orthographe. Le chef de famille coréen a déjà bu une bouteille de « brandey », l'ambiance est rigolote.
Le mari suisse de la proprio nous a vu sur le facebook de l'hôtel précédent dans lequel nous avions dormi. C'est comme ça que l'on nous suit et que l'on nous reconnaît partout !






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire