mercredi 3 août 2016

Ambre, plage, mer baltique...

Palanga – Gruslauke
44 km

Petit déj' dans la chambre de l'hôtel, hier soir nous nous sommes couchés tard et tout le monde se repose bien ce matin ; les carnets de bord sont mis à jour et les vêtements lavés. Une fois prêts, nous parcourons moins de 10 kilomètres le long de la mer pour faire notre pause pique-nique sur l'immense plage de sable. Nous nous baignons facilement, l'eau n'est pas très froide, mais en sortant de l'eau, il y a un peu de vent qui nous incite à aller à l'abri dans les dunes.

Fantine, Amielle et Titouane jouent longuement ensemble, profitant des grands espaces de la plage. Puis nous pédalons jusqu'à une autre station balnéaire, Sventoji, qui ressemble un peu à Palanga, mais en moins organisée, en plus populaire, ça fait un peu parc d'attraction. Ici, les plages pour les hommes sont séparées de celles des femmes, de celles des familles ou encore de celles des nudistes. Tout cela est signalisés par des panneaux qui amusent les filles. C'est là que nous décidons de poursuivre notre itinéraire vers l'intérieur de la Lituanie, pour profiter des parcs naturels plutôt que de continuer le long de la mer baltique et de franchir la frontière vers la Lettonie, à seulement 3 kilomètres. Finalement ces quelques jours de plage nous suffisent et nous espérons encore de belles promenades en forêts.

En fin d'après-midi nous atteignons un village où nous faisons les courses, aucun endroit ne nous convient pour faire du camping « sauvage », un monsieur à qui nous demandons des renseignements nous propose de venir camper dans son jardin, mais c'est 3 kilomètres en arrière et Fabrice refuse la sympathique proposition.

Finalement nous pédalons encore 10 kilomètres alors qu'il est presque 21 h, Amielle tenant un bidon de 5 litres d'eau dans les bras, pour arriver dans un tout petit village où nous plantons la tente à côté de l'église. Une dame vient nous voir, elle nous propose de venir dormir chez elle, elle a peur que nous ayons froid, mais la tente est déjà plantée et les pâtes en train de chauffer ; nous refusons de nouveau poliment une gentille proposition. Entre les heures de plage et les 44 kilomètres avalés, nous nous endormons bien fatigués ! Les filles nous étonnent par leur courage et leur volonté !



.

.


.














Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire