vendredi 12 août 2016

Multiples émotions au retour!

Vilnius – Mostuéjouls
Ce matin, nous bouclons les valises tandis que les enfants profitent des jouets de nos hôtes. Puis nous retournons déjeuner au restaurant tout proche « La Véranda », que nos amis nous avaient fait découvrir le premier jour de nos vacances. Une dernière soupe froide à la betterave pour Fabrice avant de revenir à la maison pour l’arrivée d’un taxi. Il a 5 places pour nous, mais pas assez pour les bagages alors Gedas, rentré du boulot, appelle un taxi supplémentaire. Cette fois, famille et valises sont rentrés dans les véhicules, direction l’aéroport pour une course qui ne coûtera pas plus de 8€ par véhicule !
A l’aéroport, nous avions bien pensé à mettre le coupe ongles dans une valise en soute, mais pas notre couteau suisse ! Les douaniers le découvrent et laisse Céline ressortir avec, elle va dans la file des personnes qui enregistrent. Une famille de Bruxelles veut bien l’enregistrer dans ses bagages (tous les nôtres sont enregistrés et notre forfait bagages est complet) et nous le renverra par la Poste plus tard.
Escale à Bruxelles, nous avons juste le temps de dîner, nous filons au restaurant « Belgorama » où nous avions mangé à l’aller et commandons… 5 menus enfants ! En effet, c’est largement suffisant par rapport à notre faim… et très bon marché.
Titouane et sa tresse lituanienne
L’atterrissage ok à Toulouse, tous les bagages sont là et en bon état, tout semble bien se passer, il est bientôt 23h et nous allons prendre la route pour Mostuéjouls, dans les gorges du Tarn, à 3 petites heures de route, où nous passerons le week-end du 15 août. Fabrice part à pieds à Blagnac récupérer la voiture qui est restée sagement à nous attendre, mais problème, elle ne veut plus démarrer !
Frites belges au Belgorama de l'aéroport de Bruxelles
La batterie est à plat, pas grand monde dans la rue, Fabrice marche un peu et s’adresse à un groupe de jeunes qui discute sur un parking, ils commentent les JO pour passer le temps. « Quelqu’un aurait-il des pinces crocodiles pour me dépanner ? », rapidement les téléphones mobiles se mettent en action, ils appellent toute la cité pour trouver quelqu’un pour nous dépanner : familles, voisins, amis… Enfin, quelqu’un a les pinces ! Il arrive avec sa voiture dont il laisse les phares allumés car au milieu de la chaussée… Mais ça ne marche pas, pas assez de puissance, et pas possible de démarrer en poussant avec cette voiture toute électronique. Au bord du découragement, dernière tentative avec les phares éteint, la voiture s’ébranle !! Encore un essai et ça démarre ! Merci les jeunes de la rue d’Anjou à Blagnac !!
A l’aéroport, nous chargeons les bagages sans couper le moteur, sur la route, les enfants s’endorment facilement, nous n’osons mettre ni la clim ni l’autoradio pour que la batterie se charge. Après 2 heures de route, il nous faut prendre de l’essence et donc éteindre le moteur sans savoir s’il va redémarrer, il est 2 heures du matin à proximité de Rodez. Nous mettons du gasoil et… la voiture ne redémarre pas, quelques secondes d’inquiétude, si près du but ! Nous refaisons la procédure, refermer et rouvrir les portières, la carte pour démarrer et VROUM !! Aucun souci, c’est reparti sans problème jusqu’à Mostuéjouls où nous nous couchons ravis à 3h50 !
Au revoir et merci la Lituanie!
 

 
 
 

1 commentaire:

  1. Bonsoir,

    Nous sommes la famille belge qui vous a dépanner avec le couteau suisse. J'ai essaye de vous envoyez un message, mais apparement une faute dans votre adresse me previent de vous demander si vous avez bien recu le couteau que nous avons envoyer par la poste.

    RépondreSupprimer