lundi 8 août 2016

Vent contraire

Telsiai - Kolainiai
54 km

Petit résumé de la journée tapé par Titouane : « Nous nous levons pour prendre un bon petit dèj. Puis nous quittons l'hôtel mais malheureusement nous avons le vent contre, alors nous avançons très lentement. Nous nous arrêtons dans un petit village pour pique-niquer. Puis nous continuons mais c'est très difficile. Nous arrivons dans un autre petit village. Epuisés nous mangeons une glace. Papa dit qu'il y a une aire pour le camping mais nous faisons 10km sans la trouver. Ivres de fatigue nous continuons toujours, le vent contre, jusqu'à trouver un emplacement au bord de route. Sans hésiter nous y plantons la tente. »

Quelques détails donnés par Céline :
Nous quittons la ville de Telsiai par la piste cyclable qui longe le lac. De l'autre côté de la vieille ville, ce sont les grandes barres d'immeubles de la période soviétique. Nous nous arrêtons à un petit marché où l'on vend des cornichons géants, légume typique des pays baltes mais pas très apprécié des filles. Puis nous pédalons vent contraire, le long d'une grande route peu empruntée une dizaine de kms nous menant à un joli lac avec des tables de pique-nique nous tendant les bras. Ce n'est que le début de notre étape (au départ programmée à 40 kms) mais l'endroit est vraiment sympa. Nous y mangeons sur une table disposée sur un ponton au-dessus du lac.

Puis nous voilà repartis, à la recherche de petites pistes nous permettant d'éviter la grande route, ce qui nous fatigue les mollets et rallonge l'étape. Enfin, nous arrivons au Parc narturel régional de Varniu. Nous décidons de ne pas aller au village « centre » du parc car cela nous ferait faire une plus longue étape demain (plus tard nous regretterons ce choix...). Nous avons repéré sur la carte un endroit pour faire du camping au bord d'un lac. Nous continuons à pédaler sur des pistes à travers la campagne, en voyant plusieurs lacs, mais aucun accès ni emplacement pour camper. Nous avons toujours le vent contre, et il souffle fort !

Le compteur tourne, l'horloge aussi, et malgré la fatigue, les filles ne se plaignent jamais et continuent de pédaler en se relayant, Amielle préférant les pistes aux routes goudronnées. Fabrice occupe Fantine pour éviter qu'elle s'endorme en faisant des petits jeux (ni oui ni non, pense à un animal, additions, jeu des couleurs, etc.) A 20h30, le compteur affiche 54 kms, nous sommes épuisés et décidons de planter la tente au bord de la route, à côté d'une marre, dans un endroit où la pelouse est tondue. Un jeune nous dit qu'il y a un joli lac à un kilomètre pour camper, mais nous sommes tellement épuisés que nous décidons de rester ici.

Fabrice plante la tente tandis que Céline cuisine les pâtes. Nous les mangeons rapidemment sous la tente. Pendant notre dîner, une villageoise vient nous voir avec le jeune de tout à l'heure qui fait l'interprète. Elle dit à Céline que c'est son terrain et que nous n'avons pas le droit de camper. Céline explique que nous sommes très fatigués et que nous avons trois enfants sous la tente, elle demande l'âge des enfants, et elle change d'avis en nous conseillant toutefois de mettre les vélos derrière la tente car il y a beaucoup de passage sur la route, et elle pense qu'on pourrait nous les voler. Nous ne sommes pas très inquiets et nous endormons très vite !

NB : Les 900 km ont été dépassés.








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire