samedi 31 décembre 2016

Carbonia - Mine de charbon - puis Cagliari - Réveillon

Carbonia – Cagliari
Quelques kms

Ce matin visite de la mine : elle n’est plus en activité depuis 1964 car le charbon n’était plus d’assez bonne qualité pour le marché, ensuite, la ville a perdu 20 000 habitants, maintenant elle s’ouvre au tourisme avec cet impressionnant musée. On se promène dans 1 km de galerie souterraine où la guide explique les conditions terribles de travail. Les mineurs, courbés, dans la poussière, exposés aux risques d’écroulement des galeries, passaient plus de 10 heures par jour dans la mine.

En surface, une exposition présente la création et l’évolution de la ville de Carbonia. L’objectif était d’assurer l’indépendance énergétique de l’Italie qui était sanctionnée par la Société des Nations après avoir attaqué l’Ethiopie.

Nous revenons à l’appartement, rendons les clés à Natasha, la propriétaire et revenons à la gare de Carbonia. A 14h10, le train pour Cagliari nous emmène. Le train est vieux, mais roule vite, on est secoué, et le contrôleur arrangeant pour nos vélos. On arrive en plein centre de Cagliari, passage à l’office du tourisme pour connaitre les festivités du soir et nous nous rendons à l’hostal Marina, confortable auberge de jeunesse où nous passerons 2 nuits.

Bientôt 17h, donc le coucher du soleil, vite nous grimpons au sommet de la ville pour l’admirer se coucher sur le port. Cagliari est une ville vraiment magnifique, un centre historique sur un promontoire, et partout, la vue sur la mer.

Après cette première découverte, nous profitons de notre chambre pour nous reposer, prendre un apéritif dinatoire avant de ressortir vers 21h pour le réveillon. Nous déambulons en écoutant plusieurs concerts. Peu avant minuit, nous prenons un cioccolata calda, et c’est la bonne année ! Les enfants font éclater les pétards… Mais maintenant que minuit est passé, elles ont envie d’aller dormir ! Tout le monde se couche avant 1h du mat’ et dort profondément malgré les pétards qui explosent dehors !













Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire