mardi 27 décembre 2016

Où sont les lumières?

Arbus – Iglesias (San Angelo)
35 km
 
Nous prenons un petit dèj’ dans la chambre et plions nos bagages. Aujourd’hui le temps est nuageux. Une grande étape nous attend, à travers les montagnes. En partant, nous saluons nos hôtes, la mama, le fils et des amis suisses. Ils sont très impressionnés par notre façon de voyager. Le fils, légèrement dodu, possède un VTT avec assistance électrique. Il ne veut pas nous dire si cela monte ou descend pour aller jusqu’à Iglesias, l’objectif de notre étape. Il veut nous laisser la surprise.

En fait, cela monte beaucoup plus que prévu, nous traversons des forêts de chênes lièges. C’est très joli. Titouane est en pleine forme, elle pédale devant avec enthousiasme. Nous arrivons à Fluminimaggiore où nous trouvons une petite aire de jeu pour pique-niquer.

Fabrice tente de régler son dérailleur « Alfine». Nous avons oublié le mode d’emploi à la maison, et le système est assez complexe. Malheureusement, il fait une fausse manip et le frein à disque devient défectueux. Impossible de remettre la roue arrière. C’est encore pire qu’avant !
Heureusement, en démontant le frein, nous découvrons qu’une petite bague minuscule est légèrement tordue, nous l’enlevons, et remontons le tout. Le frein est opérationnel, mais le problème du dérailleur toujours là. Pas grave, cela ne nous empêche pas de rouler.

Avec tout ça nous avons perdu du temps et il reste encore de grosses montées. La nuit arrive vite, et la route est très sinueuse et non éclairée. Vers 17h, nous commençons à chercher nos lampes, en vain. Impossible de les trouver. Nous mettons nos gilets fluo, et pédalons en montée de plus en plus inquiets… Nous sommes encore à 12 kms d’Iglesias, et à 17 kms de notre couch surfeuse qui nous attend avec ses parents pour la nuit dans leur ferme.

Nous apercevons un grand hôtel délabré sur le bas-côté de la route, avec un gardien à l’entrée. Céline lui demande s’il est ouvert, mais il s’agit en fait d’un ancien hôtel utilisé pour accueillir des migrants. Nous en croisons quelques-uns un peu plus haut, le long de la route. C’est étonnant car complètement isolé dans la montagne ! Un peu plus loin, une chapelle transformée en petit café, ouvert.

Ouf, nous nous arrêtons, refouillons dans nos sacoches, impossible de trouver les lampes, et il fait nuit noire. Céline demande conseil au patron du café, qui n’a pas vraiment de solution à nous proposer, mais il nous déconseille de continuer, sachant que la route est encore très sinueuse pendant une douzaine de kms.

Céline interpelle un gars en jeep et lui demande s’il peut nous descendre avec les vélos. Fabrice et lui mettent un tandem à l’arrière puis réalisent que cela ne rentrera pas. Il propose que nous laissions les vélos ici (à San Angelo), dans son garage, et de nous conduire à Iglesias. Il est mécano. Nous buvons un chocolat chaud sur le comptoir en zinc, en compagnie de quelques locaux et un sénégalais, puis nous voilà embarqués dans la jeep. C’est là que Céline retrouve nos lumières, mais il est trop tard pour reprendre les vélos.

Entre temps, nous avons prévenu notre couchsurfeuse de notre mésaventure, elle nous retrouve sur la place principale d’Iglesias. Katia est une jeune femme très accueillante, qui adore Disney et les voyages. Elle nous conduit par de petites routes obscures jusqu’à la ferme de ses parents. Ils nous attendaient à côté d’un bon feu de cheminée.

Nous prenons une rapide douche et passons à table. Nous avons un peu plus de temps pour faire connaissance, Les parents qui ont des vaches (15), des moutons (300) et des cochons, travaillent beaucoup et n’ont quitté la Sardaigne qu’une seule fois : pour aller à Eurodisney lorsque Katia y a travaillé, la sœur de Katia étudie les beaux arts à Venise. Katia prépare son départ pour l’Australie. Après avoir travaillé quelques mois à Disneyworld en Floride et aussi à Eurodisney à Paris, elle va atterrir à Brisbane où elle espère trouver du travail pour quelques mois.
Si les parents n’ont jamais voyagé, ils sont malgré tout très curieux et adorent recevoir des invités. D’ailleurs, la table trônant devant la cheminée est immense. Nous sommes ravis de partager ce moment avec cette famille si sympathique.

Le dîner préparé par la mama est gargantuesque : salade d’artichauts, omelette aux artichauts, petits gnocchi (aux artichauts ou à la tomate), plusieurs fromages… et plusieurs desserts, des châtaignes à la cheminée, un fondant au chocolat et le fameux dessert sarde au miel et à la ricotta… bref, nous terminons la soirée avec l’estomac bien rempli, c’est parti pour une bonne nuit de sommeil! Katia nous a laissé sa chambre (elle dort dans la cuisine) et celle de sa sœur. Nous dormons en compagnie de multiples peluches de Disney !





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire