mercredi 4 janvier 2017

Dernière étape en Sardaigne...

Castelsardo – Porto Torres
34km
 
Grande promenade matinale dans les ruelles escarpées de Castelsardo, autour du château, nous commençons la journée sous le soleil comme tous les jours depuis le début des vacances. Il y a de nombreux points de vue et nous apercevons la Corse au large. Puis nous récupérons nos vélos et bagages au B&B, saluons son sympathique propriétaire et partons pour notre dernière étape sarde.

Il y a encore du vent, plutôt dans le mauvais sens, mais avec notre entraînement de ces deux semaines, nous avançons tranquillement sur la route côtière. Pique-nique sur une petite plage, il y a des vagues, c’est mauvais signe pour la traversée en bateau demain…

Nous arrivons à Porto Torres vers 16h15, nous avions prévenu le proprio de notre B&B du soir d’une arrivée vers 17h, tandis que Céline et les enfants l’attendent, je pars pour Alghero en bus pour aller récupérer notre voiture. Au bout de quelques km, dans le zone industrielle portuaire, le bus s’arrête, des passagers descendent et montent dans d’autres bus aux destinations lointaines ; j’ai un doute, je demande au chauffeur si je dois changer de bus, il me dit que lui va à Alghero, mais s’arrête à tous les villages. Le bus d’à côté est un express. Ouf, je change, ça va me faire gagner du temps, 30 minutes plus tard je suis à Alghero. 20 minutes de plus et je suis à la voiture, je rebranche la batterie et ouf, elle démarre. J’envoie un sms à notre hébergeur du 1er jour, je ne connais pas son nom de famille, et n’arrive pas à le retrouver sur les sonnettes de son immeuble. Dommage j’aurais aimé le saluer et le remercier avant de partir.

Retour en voiture à Porto Torres, les filles regardent des dessins animés en italien, elles ont fait de grandes courses (des kilos de gnochetti) que nous pourrons ramener à Pau. Dernier dîner sarde : ravioli, gnochetti, gelati… et chargement de la voiture tandis que les filles s’endorment, demain réveil à 4h, le bateau part à 6h30.



 






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire