jeudi 23 février 2017

Art, statuettes et gastronomie

Jeudi 23 février 2017
Dulan – Taitung
27km

Nous quittons notre campement au poste de police, les enfants écrivent des mots de remerciements sur un tableau prévu à cette fin. A la sortie de Dulan, les artistes locaux ont eu la bonne idée de s’installer dans une usine à sucre désaffectée. Ils exposent leurs œuvres, notamment des sculptures en bois flotté très expressives. Un peu plus loin, nous observons comme de nombreux touristes, un petit canal d’irrigation où l’eau, par un effet d’optique, semble aller d’aval vers l’amont ! Ici tout le monde déguste des « pommes – cannelles », un fruit très sucré, moelleux dont le goût se rapproche plutôt de la poire.

 Encore quelques kilomètres et nous voici sur un site naturel particuiier : les rochers, sculptés par les vagues ont des formes rigolotes : chameau, téléphone, grenouille aux grands yeux ! Le vent souffle fort du nord vers le sud, il fait gris, mais il ne pleut pas. Encore un bon poisson grillé à midi dans un resto au bord de la route avant d’arriver dans la grande ville de Taitung.

Le vent nous ayant poussé, nous avons un peu d’avance, nous visitons un temple impressionnant avec ses multiples divinités en statuettes, ses lions et ses dragons. Puis Céline et les filles vont faire du shopping tandis que je vais chez la coiffeuse. Elle ne parle pas un mot d’anglais et je ne maîtrise pas encore bien la prononciation du chinois, malgré notre méthode assimil, mais le résultat est correct !

Nous trouvons facilement la maison de nos hôtes, en centre ville, A-Chen, sa sœur et ses deux enfants. Son mari John, guide de montagne, est en excursion (les plus hauts sommets culminent à plus de 3000 mètres à Taiwan) et nous ne pourrons le rencontrer. Elles nous ont préparé un repas de spécialités taiwanaises vraiment excellent : une montagne de ravioli, une marmite de légumes, poissons et fruit de mer !

A-Chen est professeure d’anglais, mais elle a séjourné dix ans plus tôt, une année à Besançon dans le cadre d’un échange entre universités. Les enfants sympathisent rapidement malgré la barrière de la langue. Nous passons une très bonne soirée et collectons de précieux renseignements pour la suite de notre parcours.




















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire