lundi 20 février 2017

Etape de montagne

Ruisui – Shitiping
30 km

A partir de 7 heures du matin, l’école commence à s’animer, plusieurs musiques diffusées par haut-parleur semblent signifier des moments différents (sport, pause pipi pour les maternelles, cours d’anglais…). Je (Fabrice) pars à la recherche d’un restaurant spécialisé en petit déjeuner, il y en a un à proximité. Plutôt que de tenter des plats à emporter, je reviens à la tente et invite toute la famille à me suivre jusqu’au resto animé, pour choisir sur site les mets à déguster.

Pains de mie grillés avec du beurre d’arachide, du chocolat ou de la confiture de fraise, un verre de lait de soja pour moi, mais aussi des pancakes (à l’aillet) composent notre petit déj’. Après les thermes et la courte étape de la veille, le copieux petit déj du matin, nous sommes en pleine forme pour attaquer une étape de montagne. En effet, nous quittons la rift valley pour rejoindre l’océan (ou la mer de Chine). 25 km de montée et descente, en cours de route, nous regardons des rafts secoués par la rivière, et observons un singe agile. Je pense que les singes nous observent plus que nous les observons, car quand ils ne bougent pas dans les arbres, nous passons sans les voir.
 
La montagne est peuplée de tribus aborigènes, à l’entrée des villages il y a des totems, et aussi des fresques représentant des scènes de la vie courante sur les murs. Enfin voici l’océan ! Nous sommes contents mais il commence à pleuvoir, encore 3 km pour atteindre le village de pêcheurs de Shitiping, il y a un camping au bord de la mer où nous souhaitions planter la tente, mais il pleut de plus en plus fort et le vent souffle ! Juste à côte, un poste de police, un agent comprend l’anglais, il nous téléphone pour nous trouver un hôtel pas cher à proximité, il en connait un à 500m. C’est très bien, il y a une pièce commune (mais il y a très peu de clients) avec vue sur l’océan. Les filles s’installent pour écrire dans leurs carnets de bord.

Après la douche, je pars au port à quelques centaines de mètres essayer de trouver des plats à emporter. Plusieurs hangars sont transformés en restaurant (hormis quelques temples, l’architecture n’est pas très élaborée à Taïwan). Je rentre dans un où une grande tablée semble se régaler. Mnaque de chance, personne ne parle anglais, alors je commande en utilisant mon guide en chinois. Je repars avec un gros poisson (genre dorade) grillé et du riz sauté, c’est parfait, les enfants se régalent avec le poisson, ça change de ce que nous mangions depuis le début.








1 commentaire:

  1. Bonjour les cyclos. Cela fait quoi de dormir dans une caserne de pompier ou dans la cours d'une école ?

    RépondreSupprimer