jeudi 16 février 2017

Taroko, Hualien, et famille d'hôtes extra!

Taroko - Hualien
50 km

Il a fait froid cette nuit. Fabrice a oublié de préciser hier que nous avons tout de même grimpé 500 m de dénivelé. Comme première étape de « mise en jambe », et  avec le décalage horaire et la fatigue du voyage, c’était dur (surtout pour moi, moins pour Fabrice peut être, et encore moins pour Titouane qui nous impressionne !)

Les filles dorment jusque tard, et Fantine est la dernière à se réveiller. Nous prenons notre petit déj avec notre ami cyclo voyageur Jean Noel. On discute encore voyages à vélo, c’est un plaisir. On plie la tente et c’est parti. Hier, nous n’avons pas pris le temps de nous arrêter le long des gorges car nous voulions arriver avant la nuit, et nous avions commencé tard, le temps de remonter les vélos après le voyage en train. Aujourd’hui, nous avons toute la journée pour ne faire que de la descente !

Sauf que nous décidons de monter 3 kms encore dans les gorges pour aller faire le Baiyang trail. Chemin de randonnée qui mène à un joli pont suspendu et une cascade, via plusieurs longs tunnels.

Equipés de nos lampes, nous nous engouffrons dans ces impressionnants tunnels. On rencontre quelques beaux papillons et surtout un singe qui pose pour nous sur le chemin !

Les paysages sont grandioses. C’est un endroit qui a récemment été très endommagé par un tremblement de terre. Il y a de gros blocs de rochers effondrés. Le débit de la rivière est très fort !

Nous croisons un couple de Thaï tout sourire « Sawat di ka ! »  et nous discutons vélo avec eux. De retour à nos vélos, un au revoir à Jean Noël, et nous allons déjeuner un plat de nouilles à Tianxiang. Visite d’un magnifique temple bouddhiste surplombant les gorges, avec une jolie pagode.

Le temps passe…Et ce soir, nous sommes attendus par nos hôtes, membres du réseau couchsurfing, à 18h pour le dîner. Et puis surtout, la nuit arrive vite (vers 17h30). La descente est splendide. Nous nous arrêtons prendre de multiples photos. La route, très étroite, serpente à travers les gorges, passe par de nombreux tunnels. Je pense à mon frère, qui a fait cette route en voiture à Noël, et qui m’avait dit qu’il ne pensait pas qu’on pourrait la faire en vélo. Et oui, c’est fait ;)

Arrivés en bas des gorges, il nous reste encore 15 kms à parcourir. Nous prenons des petites routes parallèles à la route numéro 9, très fréquentée. Un faux plat puis que de la descente avant d’arriver à Hualien.

A l’approche de Hualien, nous sommes contraints de suivre la route numéro 9, mais elle  dispose d’une piste cyclable bien marquée sur la route d’abord puis « en site propre vers la fin ». Nous passons au bord de mer, mais le soleil se couche et nous devons faire vite, nos hôtes nous attendent.

Nous nous perdons un peu dans la ville, mais trouvons des personnes pour nous indiquer le chemin. Enfin arrivés dans le quartier de nos hôtes, Patricia et sa famille, nous croisons le camion poubelle. Il paraît que c’est une des spécialités de Taïwan. Le rituel est le suivant : une fois tous les deux jours, deux camions poubelles circulent dans les rues avec une petite musique. Dès que les habitants entendent cette musique, ils sortent pour donner leurs sacs poubelles aux éboueurs. C’est aussi l’occasion de discuter entre voisins, en attendant leurs passages devant chez soi.

Nous arrivons enfin chez nos hôtes. Une magnifique villa de 3 étages. Nous sommes accueillis avec grand enthousiasme. Patricia (18 ans), Annabelle (10 ans) et leur maman Sofia nous ont préparé un dîner exceptionnel. Nous nous mettons à table de suite, sans prendre le temps de nous changer. Patricia a même pris soin d’écrire la traduction de chaque plat en anglais. Pendant le dîner, nous faisons connaissance.

Patricia  étudie les langues depuis l’âge de 15 ans (anglais et espagnol) à Kaoshung, à 5 heures de train de sa famille. Je m’imagine Titouane vivant seule dans 5 ans ! Ces 6 derniers mois, elle  est partie étudier à l’université d’Avila, en Espagne. Elle est de retour depuis un mois et rentre demain dans son appartement à Kaoshung.

Annabelle va à l’école privée à Hualien. Elle commence les cours à 7h30 du matin, et termine à 17h30. Le midi, elle  a une pause de 30 minutes. Soit 9h30 de cours par jour pour une enfant de 10 ans. Les vacances, c’est pendant le nouvel an chinois (30 jours). Après, c’est fini, uniquement quelques jours fériés… D’ailleurs, il est 19h et Annabelle porte toujours son uniforme bleu marine et blanc !

Après dîner, tous les jours de la semaine, Annabelle a un cours de dessin qui commence à 19h30. Aujourd’hui, exceptionnellement, elle demande l’autorisation à sa maman de ne pas y aller car elle veut jouer avec les filles. En temps normal, les jours d’école, Annabelle se couche à 22h ! Après le dîner, Les filles jouent ensemble au Uno, puis dans un parc en face la maison au roller et au skate. Il est plus de 21h, mais nos filles et Annabelle débordent d’énergie. Un grand lien d’amitié vient de se créer ! Ensuite, Annabelle nous montre sa mare avec des poissons rouge, et des espèces de petites crevettes qu’elle s’amusent à pêcher avec des épuisettes. 22h, c’est l’heure du bain ! La salle de bain est immense : la baignoire ressemble à une piscine, et les toilettes disposent d’une cuvette chauffante et d’un système permettant de se laver les fesses.

Patricia propose à Annabelle et aux filles de prendre le bain toutes les 4. Elles sont ravies. A côté de la baignoire, il y a une douche. Il faut prendre d’abord une douche pour se laver corps et cheveux avant de prendre le bain !

Entre temps, nous faisons connaissance avec le papa qui rentre du travail vers 22h. Il est dermatologue. Il nous offre un verre de vin taïwanais, ainsi qu’une petite bouteille en souvenir. Nous discutons de notre voyage. Minuit, nous insistons pour que les filles aillent se coucher. Demain, les nôtres feront grasse  mat, tandis qu’Annabelle sera à l’école !

Annabelle offre des petits cadeaux qu’elle  fabriqués aux filles, elles se serrent dans les bras avec grande émotion. Peut-être se reverront-elles un jour. Si Annabelle est aussi dégourdie et voyageuse que sa sœur, nous espérons qu’elle nous rendra visite un jour en France.

A notre tour de nous coucher. L’accueil de Patricia et sa famille fut exceptionnel, et même si nous n’en sommes qu’à notre 3ème jour de vacance, on peut parier que ce sera notre meilleur souvenir !


















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire