mardi 21 février 2017

Traversée du tropique du cancer et autres visites extraordinaires à Taiwan

le port de Shitiping
Shitiping – Chenggong
55 km
Petit déj’ sommaire avec vue sur l’océan, il pleut mais ça semble se calmer. La bonne nouvelle est que le vent est orienté nord – sud, donc il va nous pousser pour une étape assez longue. Quelques photos du port de pêche, des gros rochers gris percutés par de puissantes vagues et nous voici sur la route. Il y a toujours une large bande cyclable ou une piste en site propre, c’est vraiment très sécurisant de pédaler à Taïwan sur cette côte.
Rizière en bord de mer
Quelques tours de pédales plus loin, nous voici sur la ligne du tropique du cancer ! Un monument a été érigé et plusieurs boutiques vendent des fruits. C’est très bizarre car depuis le début de notre voyage, c’est difficile de trouver des fruits, et maintenant que nous passons le tropique, on en trouve beaucoup, des dames nous offrent des oranges, nous buvons des jus d’ananas et de mangues fraiches…
A nous les tropiques!
Encore quelques kilomètres et nous faisons une courte pause à la grotte Baixan. Il s’agit d’une grande cavité où résonne le bruit des vagues. Un peu plus loin, de courageux surfeurs affrontent une bonne houle. Riz et poulet panés au déjeuner mais aussi brioche et pâtisseries au fromage frais vu sur l’étalage d’une boulangère. Elle vend aussi des poussins vivants…
Après plus de 45 km parcourus aisément, nous arrivons au pont de Sanxiantai. Ce pont piéton de huit arches fut construit par les japonais durant la colonisation. Il relie Taïwan à un ilot volcanique dont on fait le tour en quelques minutes. Les taïwanais le surnomment le dragon bridge pour sa forme. Le vent et les vagues frappent sans interruption les gros rochers noirs, la végétation ne dépasse guère les 50 cm. Les montagnes couvertes de jungle, les barques de pêcheurs dans la houle, les nuages menaçants et le climat chaud et humide donnent une atmosphère particulière à ce lieu.
Il est 17h, la nuit va tomber dans une demi-heure, nous rejoignons le centre de Chenggong. Céline avait noté l’adresse d’un hôtel qui ne semble plus existé. Mais un autre fait l’affaire, rudimentaire et accueillant, il est en plein centre de la petite ville. Après la douche nous partons à la recherche d’un resto de poissons. Nous en trouvons un facilement et dégustons du « mahi-mahi » pané délicieux !












En attendant le mahi-mahi grillé



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire