vendredi 19 avril 2019

Musée de la bicyclette

Sangjun – Nakdong
30 km

Après avoir très bien dormi et petit déjeuné, nous sommes courbaturés par les aventures des jours précédents, mais plein d'énergie. Je répare le pneu crevé en espérant que ça tienne et nous voici de retour sur la piste cyclable pour moins de 3 kilomètres pour atteindre le musée du vélo. Il retrace l'histoire du vélo avec les draisiennes, les bicyclettes à grande roue, les roues en bois... jusqu'aux vélos modernes, électriques, en bambou, en carbone... Il y a quelques ateliers ludiques où on peut pédaler (ça nous manquait!) et on peut aussi tester des tandems et des vélos sur un parcours extérieur.

C'est très intéressant et nous y restons un bon moment. Nous y mangeons même à midi en attendant la séance de 13h30 de la salle de ciné en 4D. Nous sommes les seuls spectateurs et pensons voir un film relatif au vélo, et bien pas du tout, c'est un film d'animation de 16 minutes : Tarzan !! C'est en coréen mais nous connaissons l'histoire !

Une bonne vingtaine de km de piste tranquille plus loin, nous voici hésitant entre camper (mais il fait frais et 6°C sont annoncés pour la nuit) ou dormir au motel. Le premier propose une chambre à 35 000 wons (30 € environ), nous ne cherchons pas plus loin et profitons de la fi d'après-midi pour bien récupérer de nos 10 premiers jours de pédalage intense.

La plupart des restaurants proposent des barbecues de bœuf coréen. Il fut acheter sa viande chez le boucher, traverser la rue et manger assis sur des coussins. C'est pas mal du tout.
















jeudi 18 avril 2019

Crevaison et erreur d'orientation!

Ha-ri - Sangju
60 km

309 marches pour monter à la pagode au sommet de la colline au dessus de notre tente. Nous profitons de la jolie vue sur la rivière et redescendons pour partir pédaler. Le vent nous pousse, c 'est plat, c'est facile. Pause pique nique sous un abri à côté de jeux puis c'est reparti. Nous croisons un français, de Nanterre, qui fait le même parcours que nous. Sa femme est coréenne, il nous donne quelques infos sur l'alphabet coréen, pas si compliqué que ça selon lui.

Nous repartons en direction de Sangju, le paysage devient de plus en plus sauvage, un serpent traverse la piste, il y a beaucoup d'oiseaux migrateurs et des zones humides de part et d'autre de la rivière. C'est une journée idéale quand soudain Fabrice crève sur cette piste isolée. Zut, nous repensons à la malédiction de la roue arrière en Slovaquie (cf Slovaquie 2018). Il s'agit de la même roue qui avait crevé au moins 5 ou 6 fois pendant notre dernier voyage. Nous redoutons le pire. Fabrice change rapidement la chambre à air mais crève à nouveau une dizaine de km plus loin. Nous ne sommes qu'à un ou deux km de l'endroit où nus souhaitions camper alors Céline, Amielle et Titouane partent en vélo pour trouver un bon spot et planter la tente tandis que Fantine et Fabrice pousse le tandem.

Pour être sûrs de se retrouver, nous convenons de rester à proximité de la piste. Après 2 km de marche, la nuit tombe et nous n'avons pas vu les éclaireuses. Avec Céline nous échangeons par texto mais n'arrivons pas à comprendre où chacun est... Nous continuons à marcher quand nous convenons d'un lieu de rendez-vous où Céline vient nous trouver en vélo. Il faut rebrousser chemin ! Les filles sont installées dans un motel en dehors de l'itinéraire, bien qu'elles croyaient être dessus ! Au final, avec Fantine nous aurons marché 7 km et finissons bien fatigués mais content d'être au chaud. Resto et dodo !










mercredi 17 avril 2019

Etape de montagne coréenne

Suanbo - Ha-ri
36 km

Petit déj' habituel dans notre chambre d'hôtel (le Sun daily hôtel) avant d'aller visiter la ville. En plus des établissements thermaux, l'intérêt principal réside dans deux grandes allées piétonnes de cerisiers où, bien évidemment, les coréennes prennent la pose en se tenant une joue tandis que les coréens les photographient en leur faisant certainement beaucoup de compliments.

Au cours de la promenade, un bassin d'eau de source brûlante est accessible pour y tremper les pieds. Il fait chaud aujourd’hui, mais nous prenons quand même le temps de nous brûler les pieds quelques minutes. Pour se sécher les pieds, un mini séchoir-pislotet est à disposition !

Nous reprenons la route, ça grimpe, en cumulé il y aura 17 km de montée aujourd’hui ! Après la première ascension, nous redescendons vers la plaine où le fruit fétiche est la pomme rouge. Des grosses pommes souriantes indiquent des sites remarquables. Nous stoppons au musée du papier coréen sans le visiter car nous avons faim et toutes les explications sont en coréen. Le papier coréen fabriqué à partir d'une certaine fibre végétale se dégrade très peu, c'est en Corée qu'existe le plus ancien livre du monde. Devant le musée, quelques sculptures traditionnelles et trois chaises colorées...

Déjeuner à côté d'un temple et ça repart pour la grimpette, c'était plus facile ce matin, mais nous récoltons beaucoup d'encouragements de cyclistes venant en sens inverse et de quelques automobilistes. Enfin au sommet, les filles mangent une glace bien méritée. Nous prenons en photo toute sorte d'inscription sur des rochers dont nous ne comprenons pas un mot puis redescendons vers notre ville étape : le village de Ha-ri, carrefour entre plusieurs voies, comportant quelques établissements thermaux également et très illuminé, façon Las Vegas. Nous plantons la tente au pied d'un mur d'escalade avant d'aller trouver un bon resto !














mardi 16 avril 2019

Relax puis longue étape de montagne!

Donsan (hot spring) – Suanbo (hot spring)
70 km

Réveillés vers 9h dans une des salles de repos de l'établissement thermal, nos prenons un rapide petit déjeuner, retournons aux thermes pour un nouveau passage dans l'eau chaude, puis le sauna, puis l'eau glacée.

De nouveau sur nos vélos, nous longeons toujours le fleuve comprenant des zones protégées pour les oiseaux migrateurs. Après une trentaine de km sous un soleil bien chaud, nous atteignons Chungju, mais ne montons pas jusqu'au barrage (un aller-retour proposé par l'itinéraire des 4 rivières) car nous avons déjà vu plusieurs barrages. Achat de crème solaire, et pique-nique sur les berges aménagées ; des gars nous prêtent un ballon de volley.

3 km plus loin, toujours à Chungju, ville moyenne (pour la Corée!), un joli parc en train d'être terminé. Des constructions représentent les plus célèbres monuments du monde et s'illumineront le soir. Nous nous prenons en photo sous la tour Eiffel. Il n'y a pas Notre-Dame, nous avons appris qu'elle avait été victime d'un incendie, c'est triste, mais moins que lorsqu'il y a des morts dans des incendies d'immeubles parisiens trop vétustes...

Nous sortons de Chungju et entrons pour la première fois dans la « vraie » campagne : une petite route cheminant entre les collines boisées et quelques champs en planches. Pas de grande route en vue, quelques hérons blancs ou gris volent très près de l'eau et nous aboutissons à une cascade très bucolique. Nous envisagions de camper ici, mais il n'y a pas d'épicerie, le seul restaurant du village est fermé et le bord de l'eau avec ses galets ne paraît pas confortable pour y dormir.

Tant pis, à 12 km il y a une petite ville thermale, nous pouvons y être avant la nuit. Cependant, au bout de 3 km de montée, nous nous apercevons que nous avons fait fausse route, il fallait bifurquer à un pont tout neuf où les panneaux de signalisation n'avaient pas encore été installés. Bref, demi tour et nous terminons la route de nuit (qui tombe à 19h). L'arrivée sur Suanbo est surprenante, la ville est décorée de grandes guirlandes lumineuses. C'est encaissé et nous ne trouvons pas d'endroit pour camper, alors Céline négocie un très bon prix (40000wons au lieu de 80000!) dans un hôtel qui semble accueillir régulièrement de grands groupes de touristes (il y a des bus de chinois).

Dîner dans la chambre, Amielle et Fantine ne semblent pas épuisées par les 70 km du jour, elles font des sauts de biche imitant celle qui a couru à nos côtés pendant quelques dizaines de mètres un peu plus tôt.








lundi 15 avril 2019

Aux sources d'eau chaude!

Yeoju – Donsan (hot spring)
47 km

Très beau marché à Yeoju qui me (Fabrice) permet de rapporter dans la chambre d'hôtel, un petit déjeuner varié : galette à l'oignon frais, beignets sucrés et cookies aux pépites de chocolat. A 11h, il faut quitter la chambre et nous allons nous promener dans le marché aux jolies couleurs. Vers midi nous sommes sur nos vélos le long du fleuve et un peu plus tard nous dégustons nos nouilles à la sauce tomate. Un couple de cyclotouriste s'arrête prendre de l'eau, lui est italien, mais parle parfaitement anglais en roulant les R. Il a joué au rugby en Irlande d'où il a gardé son accent. Elle est anglaise. Ils travaillent « en ligne dans les ressources humaines » ce qui leur permet de faire le tour du monde avec divers moyens de transport.

Nous discutons surtout des nuits très fraîches et sommes ravis des 9°C annoncés pour la prochaine. Encore quelques kilomètres et nous arrivons dans un secteur de sources d'eau chaude. Les minéraux contenus doivent activer la circulation du sang. Nous allons dans un établissement ouvert 24h sur 24. En effet, ce type d'établissement comporte des salles de repos où il est possible de passer la nuit.

Renseignement pris, nous cherchons d'abord un restaurant, mais tous servent la spécialité locale : une soupe à la côte de bœuf. Nous ne sommes pas tentés et retournons aux thermes manger des nouilles et du riz. Plusieurs bains d'eau glacée, tiède ou brûlante, deux saunas, nous nous relaxons longuement. Je me pèse avant et après les bains, j'ai perdu 300 g de sueur ! Puis nous nous installons dans une grande salle de repos pour passer la nuit, il y fait un peu trop chaud...