lundi 6 mai 2019

By Bye Corée

Séoul – Pau

Un rituel auquel nous sommes habitués, réveil à 5 h, nous rangeons les tapis de sol et sacs de couchage avalons difficilement quelques biscuits et descendons prendre le bus « Limousine » pour l'aéroport. Beaucoup de nostalgie déjà, pour toute la famille, la Corée du Sud restera un très grand souvenir notamment pour les rencontres que nous avons faites. Un pays aux multiples contrastes, conservateur par exemple sur la condition des femmes, alors que très moderne en technologie ; montagneux mais résolument tourné vers la mer ; isolé par sa situation géographique et politique, avec la Corée du Nord où les moins de soixante ans n'ont jamais mis les pieds, mais ouvert au monde pour sortir de cet isolement...

Et bien évidemment, ces pistes cyclables qui sillonnent le pays, permettant de le découvrir au bon rythme. Aéroport en vue, nous fignolons l'emballage des valises et des sacs partant en soute, postons nos cartes postales (on n'en trouve quasiment nulle part dans le pays) et c'est parti pour une longue série de films durant le vol ! Munich, Toulouse, nous retrouvons la voiture, les filles s'endorment, nous sommes toujours le 6 mai en France, mais à Séoul, c'est le 7 mai 3 heures du matin !



dimanche 5 mai 2019

Fête des lanternes épisode 2

Séoul


Bouclage des valises de bon matin pour Céline, afin de pouvoir profiter de notre journée à visiter la capitale. Petit déj' agrémenté de muffins achetés dans la chaîne de boulangerie « Paris Baguette ». Nous retournons directement dans le quartier de la fête des lanternes où nous passerons toute la journée. En effet, il y a de multiples animations, des stands pour goûter de la nourriture végétarienne (nous sommes dans une fête bouddhiste) ou pour méditer. Nous nous installons dans un stand pour fabriquer nos propres lanternes en papier et participer au concours de la plus belle lanterne.

Avec Amielle, nous méditons avec des moines tandis que Fantine et Titouane colorient des éventails. Nous assistons à quelques danses de délégations étrangères (Inde, Thaïlande...) bref, ça passe vite ! Nous prenons quand même le temps d'une promenade dans un quartier historique de Séoul : Bukchon. Ruelles pittoresques, maisons traditionnelles en bois, c'est très joli, et complètement différent des quartiers modernes aux tours immenses.

Retour à la fête des lanternes, nous ne gagnons pas le prix de la plus belle lanterne, mais je gagne une valise d'algues déshydratées en participant à un jeu de jongles de type « pilou »... En fi d'après-midi, un nouveau défilé anime une longue mais étroite rue du quartier. La musique résonne et le tigre de papier impressionne !

Dîner dans un restaurant spécialiste des raviolis et retour chez notre hôte pour une dernière nuit en Corée... personne ne souhaite partir !















samedi 4 mai 2019

Fête des lanternes épisode 1

Séoul

Fête des lanternes épisode 1

Des kimbap (c'est proche du maki japonais) délicieux au petit déjeuner, un au revoir émouvant à nos hôtes et nous voici sur le quai de la gare de Mokpo ; Céline et les filles vont se balader à la recherche de petits souvenirs tandis que je démonte les tandems pour les mettre dans le KTX. Ça sent la fin des vacances, heureusement, nous avons encore Séoul à visiter. En moins de 3 heures, le TGV coréen nous ramène à la capitale. Nous commençons à descendre du train mais nous remarquons qu'il ne s'agit pas du terminus, vite nous remontons, pour redescendre trois minutes plus tard à gare centrale de Séoul.

Aucun taxi ne veut embarquer tout notre chargement, alors nous marchons les 1500 mètres qui nous séparent de notre hôte Chi Woon, le professeur de théâtre qui nous a accueilli à notre arrivée près de quatre semaines plus tôt. Malheureusement nous ne le reverrons pas car il est retenu au chevet de sa belle-mère hospitalisée.
mm
Petite pause et nous repartons à la découverte de Séoul et notamment en direction du festival des lanternes. Il s'agit d'une fête bouddhiste (commémorant la naissance de Bouddha) où des milliers de coréens et de délégations internationales défilent avec des lanternes en papier, traditionnellement en forme de fleur de lotus. C'est magnifique, le défilé dure deux heures et nous assistons à quasiment toute la parade.

Restaurant chinois, balade le long de la rivière et retour à proximité d'une scène pour quelques pas de danse avant de rentrer se coucher.



















vendredi 3 mai 2019

Kim Dae-jung, prix Nobel

Mokpo – 20 km

Petit déjeuner et nous voici en forme pour la visite de la ville : Mokpo est une cité portuaire entouré d'un archipel où nous avons hésité à aller passer la journée, mais il fallait prendre un bateau à 7h50 et entre le mal de mer des unes et le sommeil des autres, nous concentrons notre journée sur les nombreux centres d'intérêt de la ville.

A proximité du port, nous visitons le musée maritime pour les enfants. Puis nous allons au musée commémorant le prix Nobel de la paix de l'ancien président Kim Dae-jung. Extrêmement intéressant, le musée retrace l'histoire militant du Président, emprisonné sous la dictature, ayant échappé cinq fois à la mort avant de devenir Président et de tenter une réconciliation avec la Corée du Nord avec sa politique du rayon de soleil. Kim Dae-jung naquit à Mokpo.

Visite du marché au poisson où les restaurants proposent de manger des petits poulpes vivants, puis direction la plage, très petite de Mokpo dont le rivage est essentiellement constitué de rochers. En construction, au dessus de nos têtes, un immense téléphérique qui permettra, dans des œufs de type station de ski, d'admirer la presqu'île jusqu'au mont Yudalsan.

Une balade dans les rues piétonnes aux alentours de la gare boucle cette journée où « on se sent vraiment en vacances » (Titouane). De retour chez nos hôtes, nous cuisinons ensemble une tarte à l'oignon et un gâteau au chocolat, en nous apercevant après coup, que leur four est un four vapeur.











jeudi 2 mai 2019

Calcul de l'âge en Corée

Myeongsan – Mokpo

45km

Après une très bonne nuit dans notre Hanok au chauffage par le sol, nous profitons de la vue sur le fleuve et du soleil avant de démarrer notre dernière étape jusqu'à Mokpo. La piste est peu fréquentée, en pleine campagne et le fleuve serpente entre les collines. A quelques kilomètres de la mer, la ville portuaire de Mokpo se découvre. Ou plutôt la nouvelle ville puisque l'entrée se fait par des quartiers entiers en construction d'ensembles d'immeubles numérotés typiques de l'habitat moderne coréen.

Sûrement de la place pour 50 000 nouveaux habitants dans ces tours non encore référencées sur notre navigateur... et pas encore de supermarché ouvert. Le pique-nique attend encore quelques kilomètres jusqu'au centre de certification final de cet itinéraire. Les filles tamponnent leur passeport. Cet itinéraire ne fait que 130 km mais bénéficie de paysages remarquables.

Un arrêt à la gare pour acheter les billets de KTX (Korea Train Express, le TGV coréen) puis nous pédalons jusqu'à la maison de Gyeong et Yumi, et leur deux filles, membres du réseau couch surfer, qui vont nous héberger à Mokpo. Ils sont architectes et ont rénové une jolie maison surplombant la ville. Ils nous accueillent chaleureusement et nous ont préparé un très bon dîner. Leur fille aînée suit l'école à la maison tandis que la plus jeune revient de son école en fin d'après-midi. Elles ont 18 et 13 ans... enfin selon le calcul coréen.

C'est l'occasion d'expliquer le calcul de l'âge en Corée : à la naissance, les bébés ont un an, en effet, les coréens considèrent que les 9 mois de grossesse sont à considérer dans l'âge, et on arrondit ces 9 mois à un an. Ensuite, au 1er janvier suivant la naissance, bébé gagne un an, puis gagnera un an chaque année tous les 1er janvier. On fête son anniversaire le jour de sa naissance, mais on ne gagne pas un an à ce moment là, les coréens vieillissent d'un an le 1er janvier ! Ainsi, un bébé naît le 30 décembre 2018, a 2 ans le 1er janvier 2019.... Vous suivez ? Aussi il faut ôter un ou deux ans à l'âge coréen pour connaître l'âge occidental.

Notre famille hôte est aussi une famille de musiciennes et notamment d'instruments traditionnels coréens dont elles nous jouent quelques notes délicates.